Fin de la Strada: douche froide, crainte et soulagement pour l’opposition louviéroise

Dans l’opposition, la nouvelle de l’arrêt du projet a été accueillie diversement, mais sans grande surprise, tant l’enlisement du projet laissait peu d’espoir à sa concrétisation.

Ugo Petropoulos
Fin de la Strada: douche froide, crainte et soulagement pour l’opposition louviéroise
Les élus louviérois ont constaté la caducité du marché liant la ville et Wilhelm & Co. Et entériné l’abandon du projet. ©Wilhelm & Co

Pour Xavier Papier, chef de file Plus & cdH, «se prendre une telle douche froide, constater la mort du projet phare de la Ville de ces 13 dernières années, c’est un moment grave. La justice établira les responsabilités et fixera les possibles dédommagements et ceux que devront assumer les Louviérois en définitive. Mais on ne peut nier que les Louviérois sont certains d’avoir déjà perdu.»

Perdu 13 ans dans la revitalisation de la ville, et perdu la face. «Ils sont conscients de l’image que la ville envoie par la non-réalisation de ce projet. Le reste est superflu.»

Pour Antoine Hermant (PTB), «ce n’est pas spécialement un moment négatif. Le PTB s’était opposé à ce projet de centre commercial, mais que de temps perdu depuis lors. Il reste un risque de ce que les Louviérois devront payer en justice. Qui sera responsable de l’échec de ce projet?»

Wilhelm & Co était juste «là pour faire de l’argent»

Pour le PTB, ce projet était voué à l’échec. «Wilhelm était là pour faire de l’argent à partir d’un terrain peu cher. Les critères qu’il a utilisés lui étaient dictés par ceux des grandes enseignes qui allaient se trouver dans son centre commercial. Conséquence: les exigences de Wilhelm ne correspondaient pas aux exigences de la ville, des petits commerçants…»

Pour le conseiller communal, «que Wilhelm demande 41,5 millions€, c’est quand même un comble. Le risque qu’un tel projet échoue, ça fait partie de son business et il veut mettre la facture sur le dos des Louviérois, c’est inadmissible.»

De son côté, Didier Crémer (Écolo) voit le moment comme «exaltant», car «on va pouvoir repartir à zéro», mais également «triste puisque le projet Strada ne se fera pas.»

Enfin au MR, Bérangère Kesse estime «[qu’]il s’agit d’un constat d’échec et les conséquences sur les finances de la Ville risquent d’être catastrophiques suite au recours qui sera sans nul doute intenté par Wilhelm & Co.»