Un premier magasin vrac à La Louvière: «une nouvelle et une ancienne manière de faire de l'épicerie»

Les achats "zéro déchet", c'est bientôt aussi à La Louvière. L'Ere du Vrac prépare son ouverture pour la fin du mois, dans la maternité commerciale de La Louvière.

Ugo Petropoulos

L'âge du vrac va-t-ilsuccéder à celui des dosettes, sachets et emballages qui remplissent les poubelles? Si le basculement n'est sans doute pas pour demain, s'orienter vers un modèle zéro déchet pour réaliser ses achats n'est plus uniquement de l'apanage de quelques illuminés légèrement bobos sur les bord. Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se rendre dans des magasins en vrac, munis de leurs bocaux et autres contenants pour éviter de jeter tantôt une boîte de spaghetti, tantôt une sachet de riz superflu.

Dans la région du Centre, la dernière ville en date à être touchée par le phénomène estLa Louvière. Après Braine-le-Comte et Binche qui ont chacune vu un magasin "zéro déchet" ouvrir ses portes, c'est la capitale de la région du Centre qui assistera à la naissance de l'Ere du Vrac à la place Jules Mansart.

Cette initiative, on la doit à Fabiola Hellinckx, qui tient un centre de bien-être et d'esthétique à Houdeng-Goegnies. Le vrac, elle connaissait un peu: "je vends du thé et le côté vrac m'a toujours bien attiré". Depuis un certaintemps, elle et sa famille ont changé leurs habitudes de consommation, orientées vers un mode plus durable. Et puis vient l'idée d'ouvrir une épicerie en vrac, pour découvrir autre chose.

Les jeunes adhèrent

"J'ai eu l'idée en même temps que le magasin de Binche, je l'ai partagée sur les réseaux sociaux et j'ai eu un bon retour, notamment de la part de la jeune génération. Avec les scandales alimentaires à répétition, je pense que les gens sont plus sensibilisés à ces questions."

Pour lancer le magasin, elle postule pour occuper une cellule commerciale appartenant à la ville de La Louvière et mise à disposition dans le cadre des maternités commerciales, sur la Place Mansart. Un lieu idéal: "il ya le parking Belle-Vue, le parking Nicaise et les Shop'n'go (NDLR: des emplacements gratuits pendant 30 minutes)tout près, c'est assez simple pour se garer."

Un premier magasin vrac à La Louvière: «une nouvelle et une ancienne manière de faire de l'épicerie»

Son magasin, il sera dans l'esprit "récup": des meubles en bois recyclés pour les étals, tandis que les céréales, riz, pâtes et légumineuses serontstockés dans des gros seaux en carton sur des palettes, pas dans des grands silos. "C'est très onéreux et trop imposant", juge-t-elle.

Son inspiration pour l'aménagement intérieur,elle a été la puiser dans un magasin de vrac de la région bruxelloise. "Il n'y a pas de concurrence, on se partage nos infos, nos trucs et astuces. C'est un commerce de proximité, une nouvelle et une ancienne façon de faire de l'épicerie", résume Fabiola. C'est en tout cas comme ça qu'elle l'a expliqué à sa maman qui avait du mal à saisir le concept. "Je lui ai dit: c'est un peu comme les épiceries que tu connaissais enfant."

Pour son assortiment, l'Ere du Vrac compte sur les producteurs locaux, trouvés grâce au bouche-à-oreille et qui viennent de Braine-le-Comte, Feluy, Trivières, Houdeng-Goegnies...Dès la fin du mois d'octobre, la Place Mansart deviendra une vitrine du savoir-faire local.

Un premier commerce materné

L'Ere du Vrac sera le premier commerce hébergé dans la maternité commerciale de La Louvière. C'est-à-dire des cellules appartenant à la ville et louée à des commerces dits innovants ou de qualité, et qui bénéficieront d'un coup de pouce pour démarrer via une réduction du loyer. Elle sera de 60% la première année, le loyer ira ensuite croissant les deux années suivantes.

Le commerce peut rester trois ans maximum. S'il a trouvé un équilibre financier et une rentabilité, charge au gérant de trouver une nouvelle implantation, chez un privé cette fois.