La Louvière: déjà trois semaines de «prison» pour Jack

Laisser son chien se promener seul sur la chaussée peut être source de beaucoup de problèmes. André et sa compagne en font la difficile expérience actuellement: ils espèrent récupérer leur vieux chien, saisi après un incident avec un autre chien.

Ugo Petropoulos

Quand on est propriétaire de chien(s), on a tout intérêt à bien clôturer son jardin et à lire le règlement de police. Cela permet d’éviter des tracas, comme ceux que vivent André, sa compagne Séverine et Jack. Un chien croisé bergerâgé de 11 ans, "emprisonné"depuis le 14 juillet dans un refuge.

Ce jour-là, deux agents de police se présentent au domicile familial à Maurage (La Louvière), pour exécuter un arrêté de saisie du chien "potentiellement dangereux"pris par le bourgmestre de la ville, Jacques Gobert.

L'arrêté est la conséquence d'un incident qui s'est déroulé le 4 juin dernier. «Ma mère a ouvert la grille de la propriété pour sortir la voiture. Le chien en a profité pour sortir et il a vu un autre chien avec qui il a l'habitude de jouer», explique André. Alors que les deux chiens jouent, un Jack Russell apparaît et se fait pincer le postérieur par le chien d'André. Dans la mêlée, le propriétaire du Jack se blesse également.

Des antécédents selonle bourgmestre

«On s'excuse immédiatement auprès du propriétaire, on s'échange nos coordonnées et la personne repart avec son chien.» Mais une plainte sera déposée, qui débouchera sur un arrêté de saisie, exécuté 6 semaines plus tard. Car selon le bourgmestre Jacques Gobert, ce n'est pas la première fois que ça arrive.

«Il a déjà causé du dégât et mordu d’autres chiens et une autre personne. Il y a de cela un an et demi, j’avais envoyé un courrier recommandé mettant en demeure le propriétaire de sécuriser sa propriété afin que le chien ne s’échappe plus. Et pourtant, ces faits se sont récemment reproduits.»

«Vu qu’il n’a pas tenu compte de l’avertissement antérieur, j’ai fait procéder à une saisie, avec mise en dépôt du chien à la SPA de La Louvière.»

Pour récupérer le chien, l’arrêté énonçait trois conditions: qu’un vétérinaire puisse attester sa non-dangerosité, qu’un enclos soit aménagé pour que le chien ne puisse plus s’échapper quand les grilles de la propriété s’ouvrent, et que soient réglés les frais afférents au gardiennage du chien dans les locaux du refuge.

Un deuxième arrêté très strict

Reconnaissant leur erreur et voulant récupérer le chien, les propriétaires s’exécutent et aménagent l’enclos, validé par les forces de police. Le chien est examiné par le vétérinaire du refuge qui ne peut établir un quelconque danger et André paie les frais d’hébergement. Ne manque que le feu vert du bourgmestre pour laisser Jack retrouver sa famille…

Mais celui-ci prend un deuxième arrêté, où les conditions de libération du chien se durcissent. Le bourgmestre exige que le chien soit vu par un vétérinaire-comportementaliste. «On est passé deux heures à la 'questionnette', où tout était remis en cause», témoigne André.

«Elle m'a remis un rapport très précis», explique le bourgmestre, qui y a puisé les conditions auxquelles devront se soumettre les propriétaires pour retrouver leur chien. A savoir, changer son régime alimentaire, suivre des cours dans un club d'obéissance pour améliorer le contact avec d'autres chiens, prouver via une attestation qu'ils suivent bien les cours…

«Je ne veux pas prendre le risque que ce chien saute à nouveau sur d'autres animaux», conclut le bourgmestre.

Deux poids deux mesures

Mais pour le couple, ces deux mesures dépassent l'entendement, d'autant que leur chien est âgé de…11 ans. «Je dois aussi jurer sur l'honneur que je promènerai le chien 15 minutes par jour. J'ai un terrain de 16 ares, où mon chien peut courir en liberté toute la journée» ironise-t-il, étonné par la proportion que prend cette affaire.

Pour unchien qui, nous avons pu le constater, est plutôt du genre papy câlin que molosse à montrer les dents. A la SPA, où le chien se morfond depuis 3 semaines, on s'étonne que le chien soit encore là, vu son comportement très paisible. Et ça tombe mal pourle refuge,très sollicité en cette période estivale d’abandons.

Si André ne se dédouane pas de ses responsabilités, il a l'impression d'un traitement deux poids deux mesures. Il dénonce un deuxième arrêté abusif et entend bien récupérer son chien. «On ne veut pas le lâcher. C'était le chien de mon père, c'est tout ce qu'il nous reste de lui…»

La Louvière: déjà trois semaines de «prison» pour Jack

Les chiens sans laisse, voire sans maître, ce n’est pas ce qui manque dans son quartier. Depuis l’incident, André photographie les animaux en liberté qui divaguent dans sa rue. Son smartphone compile une dizaine de clichés. Dont le Jack Russell à l’origine de l’incident. Et dont les relations avec les maîtres sont houleuses depuis bien avant l'épisode.

«Ils sont venus taper un esclandre en pleire rue une heure après l'incident»

selon André. Et la plainte a suivi.

Moralité: quand on a des relations difficiles avec les voisins, mieux vaut renforcer ses clôtures. Et ne pas se reposer sur le fait que d'autres voisins n'ont pas lu le règlement de police pour ne pas le respecter.

Du dressage à 11 ans?

Suivre des cours de dressage et d'obéissance pour un chien âgé de 11 ans, est-ce encore utile? Nous avons posé la question à Carole Bomblet, comportementaliste canin. «C'est compliqué. Les chiens de type berger ont déjà une espérance de vie limitée à 11, 12, 13 ans, même si les croisés vivent un peu plus longtemps.

Mais de là à modifier leur comportement…C'est comme pour une personne âgée. Si vous voulez modifier toutes ses habitudes, cela peut plutôt avoir pour conséquence de la faire passer plus vite de l'autre côté. Vouloir redéfinir les habitudes d'un vieux chien, c'est délicat, ça peut être dangereux. Mieux vaut dès lors le promener avec une muselière si vraiment il y a un gros souci avec les autres chiens.»

Modifier les habitudes d'un chien, ça peut encore se faire à 7 ou 8 ans. Plus tard, «ça devient très perturbant», estime notre spécialiste. Qui conseille d'y aller en douceur et de cibler des comportements précis à améliorer.

Que dit le règlement de police de La Louvière?

Article 208 : Le port de la laisse est obligatoire pour tous les chiens, dans tout lieu public ou privé, accessible au public. Les dispositions du précédent alinéa ne concernent pas les autorités publiques dans l'exercice de leurs différentes missions. Le gardien doit pouvoir en toutes circonstances maîtriser, retenir et contrôler son chien

Article 214 : Le port de la muselière est obligatoire pour tout chien potentiellement dangereux et qui se trouve ou circule dans tout lieu public ou privé accessible au public. Les dispositions du précédent alinéa ne concernent pas les autorités publiques dans l'exercice de leurs différentes missions.