Cinq chiots volés à la SPA de La Louvière et foire d'empoigne sur la toile

Des bergers malinois ont été volés vendredi dernier, en plein après-midi à la SPA de La Louvière. Un vol sur fond de règlements de compte et de guerre entre associations de défense animale.

Ugo Petropoulos

C'est un vol rare et crapuleux qui a touché la SPA de La Louvière vendredi dernier. Cinq chiots, des bergers malinois de huit semaines, ont été volés dans l'enceinte de l'association en plein après-midi. En quelques minutes, les voleurs ont forcé le garage où étaient installés les animauxet se sont enfuis sans laisser de trace, avec les chiots. Les auteurs ont profité d'un moment où les bénévoles présents étaient occupés de l'autre côté du site.

Ce vol, c'est la conclusion d'une semaine très tendue pour la SPA louviéroise, qui a fait face à des menaces et à une volée de critiques sur les réseaux sociaux. Tout a commencéavec le licenciement d'une personne salariée par l'association, survenu lundi dernier. Depuis, le refuge et plusieurs bénévoles ont eu à subir des pressions et des menaces de la part d'anciens bénévoles et d'individus liés à la personne licenciée.

Dès le lendemain sont apparus sur les réseaux sociaux des appels à dénonciation concernant ces chiots, accompagnés de photos de l'enclos, inaccessible au public. Ces messages mettent en cause les conditions d'hébergement de ces chiots,"dans à peine 3 m² sur de la paille souillée dans la pénombre d'un garage depuis une semaine", lit-on sur une des publications.

Du côté de la SPA, on justifie ce choix d'avoir installé les chiots dans un garage. "D'ordinaire, nos chiots ne restent pas à la SPA. En ce moment, nous nous occupons de plusieurs portées via nos familles d'accueil. Sans famille d'accueil pour les malinois, nous avons préféré ne pas les installer dans le chenil pour éviter un risque de contagion éventuel. Avec les fortes chaleurs que nous avons vécu, nous avons décidé de les placer dans un parc bricolé dans notre garage. Le local était frais. L'espace était délimité, le sol protégé par une bâche, de la paille servait de litière."

Décès, rumeur et vol

Cinq chiots volés à la SPA de La Louvière et foire d'empoigne sur la toile

Les chiots étaient bien traités, insiste la SPA.Ils avaient en permanence de l'eau et des croquettes à disposition, la litière était changée deux fois par jour, les animaux étaient promenés. "On leur apprenait déjà le rappel, et certaines notions d'obéissance." Même si l'enclos n'était pas le plus beau des chenils, reconnaît volontiers l'ASBL, "cette situation temporaire ne devait pas durer puisque ces chiots étaient prévus à l'adoption cette semaine."

Malheureusement, un des chiots décède le mercredi. La rumeur fait état de parvorisose, un virus transmis parentre les animaux par contact direct ou par leurs excréments,relançant du coup la machine à critiques et les accusations de négligence à l'encontre de la SPA.

Or, il n'en est rien: "Ces chiots avaient reçu tous leurs vaccins et rappels avant ce décès. Nous avons refait une dose ce jour-là préventivement. Ces chiens étaient suivis par notre vétérinaire au quotidien. Nous n'expliquons toujours pas la cause du décès et ne préférons pas nous avancer dans des explications sans en avoir la preuve." Une autopsie a eu lieu et doit encore livrer ses résultats.

Deux jours après le décès, les chiots survivants sont volés. Pour la SPA, la campagne de dénigrement opérée sur les réseaux sociaux a peut-être favorisé cet acte. "Même si nous ne pensons pas nos détracteurs assez stupides que pour voler des chiots pucés et identifiés, nous pensons que leur campagne de calomnies a sans doute motivé et légitimé certaines personnes moins bien intentionnées dans leur crime."

L'association a compilé les différents propos diffamants répandus sur Facebook à son encontre et à l'encontre de ses membres,et en avisera la police de La Louvière, en charge de l'enquête sur ce vol. Elle appelle d'ailleurs toute personne pouvant aider l'enquête à prendre contact avec les enquêteurs au064 27 00 00.

La guerre des associations de bien-être animal

En filigrane de ce vol se dessine également une guerre entre les associations "refuges" et "non-refuges". Depuis l'entrée en vigueur du décret wallon relatif à la publicité visant la commercialisation d'espèces animales, la tension est montée d'un cran. Car depuis ce premier juin, seuls les refuges agréés peuvent faire de la publicité à l'adoption en dehors des sites et revues spécialisés.

Les associations de défense animale qui n'ont pas de refuge agréé doivent conclure une convention avec une asbl refuge pour publier des annonces visant à l'adoption d'un animal, viales moyens de communication du refuge. Et ça passe mal auprès de certaines asbl.

"Quelques associations tentent de discréditer les refuges pour mieux légitimer leur propre existence et leurs actions. Nous sommes régulièrement pris pour cible", constate la SPA de La Louvière. De fait, certaines critiques virulentes lues sur le netces derniers jours suite au vol des chiots malinoisémanent de personnes actives dans des asbl non-refuges.

Car dans le milieu de la protection animale, la concurrence est féroce: il y a des centaines de milliers d'euros de dons et de legs en jeu. En discréditant son voisin, on redirige le magot vers soi. Et le bien-être animal n'est pas toujours le moteur de certaines asbl, aux contours parfois flous...

Une association qui tente de se reconstruire

La SPA de La Louvière a longtemps traîné une sale réputation, à cause de sa gestion erratique passée et de la tendance qu'avait un ancien vétérinaire à piquer un peu vite les pensionnaires du refuge. Depuis un peu plus d'un an, l'association essaie de se racheter une virginité: nouveau conseil d'administration nommé il y a trois mois,nouveaux vétérinaires, projet de construction d'un nouveau refuge...

La SPA de La Louvière se revendique désormais comme un refuge "zéro euthanasie": chaque pensionnaire a sa chance, même si ça prend du temps. Un chat amputé a ainsi pu retrouver une famille. Sur les réseaux sociaux, la SPA louviéroise soigne sa com' et tente de renvoyer une image positive et dynamique de l'asbl.

Elle noue également des liens avec d'autres structures comme la section toilettage de l'Ifapme de La Louvière, permettant aux étudiants de se confronter à des animaux de différentes races et aux pensionnaires de bénéficier d'une sortie beauté bien agréable.