A La Louvière, le retour de la gourde et de la boîte à tartines dans les cours de récré

826 élèves de 5 écoles de l'entité louviéroise ont participé à une campagne de sensibilisation à la réduction des déchets.

Ugo Petropoulos
 A La Louvière, le retour de la gourde et de la boîte à tartines dans les cours de récré
La Louvière zéro déchets ©Ugo PETROPOULOS

Depuis plusieurs années, la commune de La Louvière incite ses écoles à participer à une semaine de sensibilisationà la réduction des déchets. Car dans un établissement scolaire, le local poubelles peut vite se remplir. Entre le berlingot de jus d'orange, l'emballage du biscuit, le papier aluminium des tartines...On multiplie par le nombre d'élèves et on imagine la montagne de déchets produites rien que pour les en-cas, alors qu'ils peuvent être facilementévitables.

C'est pour l'inculquer aux enfants et aux parents qu'à l'occasion de la semaine européenne de réduction des déchets, des écoles communales louviéroises organisent une semaine de sensibilisation. La dernière édition s'est déroulée en novembre 2016. 5 écoles ont participé à l'opération, impliquant 830 élèves de maternelle et de primaire.

Les résultats viennent d'être publiés et montrent quela quantité totale de déchets apportés à l'école a diminué de 28% par rapport à une semaine ordinaire. La moyenne de déchets par élève et par jour est passée de 1,93 à 1,39. Comment? En ressortant simplement une bonne vieille boîte à tartines. Ou en amenant à l'école une gourde d'eau plutôt qu'une bouteille en plastique...Des gestes simples, toujours utiles à rappeler.

Agir toute l'année

Mais pour que ce genre d'opération dépasse le coup de com', il faut qu'il y ait un suivi au-delà de la semaine etde la salle de classe. Est-ce le cas? "L'idée est de garder les bonnes habitudes, la gourde ne disparaît pas une fois la semaine de sensibiliation passée", assurent les directrices d'école. Pour les établissements participants, la réduction des déchets fait partie duprojet pédagogique.

Exemple à l'école Robert François de Haine-Saint-Pierre, où les élèves font leur propre compost. La pelure de banane, le trognon de pomme...ne finissent plus dans le sac de déchets ménagers, mais dans un bac dévolu au compostage. Un engrais naturel que peuvent venir récupérer les parents d'élèves pour leur jardin.

Pour une autre école, le projet zéro déchetrejoint un projet santé et bien-être, où les enfants sont sensibilisés au manger sain. "La semaine zéro déchet, c'estle point de départ de plein d'autres activités", concluent les directrices d'école. Qui remettront le couvert l'an prochain et espèrent que d'autres établissements les rejoindront dans leur croisade anti-déchets.