Duferco-NLMK : le blocage de La Louvière pourrait durer toute la nuit

Selon la police de La Louvière, la situation de blocage des sidérurgistes louviérois pourrait durer toute la nuit mercredi. Un rond-point a été démonté. Des centaines de travailleurs sont en effet descendus dans la rue...

Duferco-NLMK : le blocage de La Louvière pourrait durer toute la nuit

Si la circulation à l’intérieur de La Louvière tendait à se fluidifier en fin de journée, l’action des sidérurgistes louviérois n’en restait pas moins très importante. La porte-parole de la zone de police de La Louvière a indiqué que l’action des travailleurs pourraient durer toute la nuit et que, donc, les entrées et sorties d’autoroute su l’E19 à La Louvière resteraient bloquées.

Des centaines de travailleurs des entreprises sidérurgiques NLMK et Dufercosont en effet descendus dans la rue avec des clarks, des camions, des tôles, suite à l’annonce du non-paiement immédiat d’une prime de 600 euros. Du coup, la circulation dans le centre de La Louvière a été fortement perturbée dès 15h.

Le rond point du magasin Cora a même été démonté par les grévistes, indique-t-on à la zone de police de La Louvière. «Même si la circulation se fluidifie tant bien que mal dans le centre-ville, il semble que le mouvement des travailleurs durera toute la nuit. Nous avons fait appel à des renforts auprès des zones voisines et auprès de la police fédérale», a précisé la porte-parole de la police louviéroise.

Dialogue social impossible


Selon la direction de NLMK La Louvière, le dialogue social a à nouveau été rompu par les représentants du personnel suite à un conseil d'entreprise ce mercredi matin. La direction réaffirme néanmoins la volonté du Groupe NLMK de maintenir une activité sur le site de La Louvière.


La direction de l'entreprise sidérurgiste NLMK a rappelé la situation dans laquelle NLMK La Louvière se trouve aujourd'hui avec quelque 100 millions d'euros de pertes estimées pour 2012. Elle a par ailleurs réaffirmé la nécessité d'un retour urgent à l'équilibre. "Alors que, chaque mois, l'entreprise accuse des pertes d'environ 8 millions d'euros, les actions syndicales se multiplient", indique-t-on chez NLMK.

"La semaine dernière, par exemple, après 2 semaines de chômage, suite à plusieurs arrêts intempestifs, par secteur, entraînant de fortes réductions de production et d'expéditions, l'entreprise a perdu 6 millions d'euros de facturation. A cela, il faut encore ajouter de nombreuses dégradations à l'intérieur du site."

Ce mercredi, lors d'un conseil d'entreprise ordinaire, NLMK a rappelé dans son communiqué "les difficultés financières de l'entreprise et a annoncé qu'elle privilégie le paiement des salaires et que la prime exceptionnelle de 600 euros par travailleur qui devait être payée à la fin de ce mois sera reportée."

NLMK déplore l'impossibilité d'instaurer un dialogue social. La direction louviéroise de l'entreprise indique avoir directement avisé la direction du Groupe NLMK de la situation à La Louvière tout en réaffirmant la volonté du Groupe NLMK de maintenir une activité sur le site de La Louvière.

La bourgmestre de La Louvière estime la situation "dommageable"

Le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert, estime la situation dommageable au moment où les négociations ont repris entre directions et syndicats.

"Je peux comprendre l'inquiétude des travailleurs et leurs sentiments mais je pense que leur réaction est assez dommageable dans le cadre des négociations actuelles avec les directions quant à l'avenir des deux entreprises sidérurgiques de La Louvière", a indiqué Jacques Gobert, bourgmestre de La Louvière. "Etant en contact permanent avec les deux entreprises, je crains une rupture du dialogue aves les directions, ce qui serait catastrophique."

Une réunion entre les syndicats et les directions de NLMK et de Duferco est en principe programmée ce jeudi à Nivelles où il doit être question du futur plan organisationnel des deux entreprises louviéroises.