Les gares de Saint-Ghislain, Jurbise et Binche perdent leur guichet

L’annonce de la SNCB de fermer 44 guichets ne passe pas auprès des élus locaux concernés.

U.P.
Les gares de Saint-Ghislain, Jurbise et Binche perdent leur guichet
La gare de Saint-Ghislain va perdre son guichet, dont l’espace a été rénové il y a moins de deux ans. ©BELGAIMAGE

Ce mardi, la SNCB annonçait la fermeture de 44 guichets dans les gares du pays. La digitalisation progressant, la part des tickets vendus en guichet s'est réduite à 20%. Selon la SNCB, le nombre de clients s'adressant à un guichet est descendu sous le seuil minimum, en résulte «un coût de transaction plus élevé que le prix d'un ticket.»

Parmi ces guichets, il y a celui de la gare de Saint-Ghislain et Jurbise dans le Borinage, et celle de Binche dans le Centre. Évidemment, ces fermetures suscitent des réactions négatives localement.

Comme celle du député-bourgmestre d’Hensies Éric Thiébaut, pour qui cette décision est «incompréhensible.»

«Plus de 2000 voyageurs par jour utilisent la gare de Saint-Ghislain! Sa position géographique au cœur d’un carrefour ferroviaire important et des travaux de rénovation y ont récemment été réalisés. Comment est-il dès lors possible d’envisager de supprimer le guichet d’une gare de cette importance?» Des travaux qui ont notamment permis de rénover… les guichets!

À Jurbise, ça gueule aussi, où le collège communal oscille entre colère et stupéfaction, d’autant qu’il a consenti des investissements importants.

«Alors que la Commune a débloqué des fonds pour aménager un parking permettant d’assurer du confort aux navetteurs, voilà que l’on décide de supprimer une facilité pour l’achat des billets» déplore Jacqueline Galant.

«Je suis d’accord que les services numériques sont séduisants mais nous devons tenir compte d’une population plus âgée également qui n’est pas habituée à ces technologies. Et puis, dans les communes rurales, on connait l’importance du rapport humain. Ici, on le néglige totalement!»

Les deux élus comptent bien interpeller le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet.

«Comment l’accueil serait organisé en l’absence d’un guichet? Une présence humaine minimum serait-elle assurée? Comment la sécurité des voyageurs serait-elle assurée? L’assistance aux personnes à mobilité réduite serait-elle maintenue?» s’interroge notamment Éric Thiébaut, qui ne manquera pas de poser ces questions en séance parlementaire.