L’activation des radars tronçons des Hauts-Pays se fait encore attendre: «les délais sont interminables»

La ministre Valérie De Bue avait pourtant indiqué en février dernier que seuls quelques raccordements restaient à être effectués.

F.D.
 /
/ ©- GUILLAUME JC

En place depuis de nombreux mois maintenant, les radars tronçons des Hauts-Pays n’ont toujours pas flashé le moindre véhicule et pour cause, leur activation se fait encore attendre. Alors que tout est en ordre du côté de la police locale, la Région wallonne tarde encore à effectuer les derniers raccordements nécessaires à leur mise en marche. La ministre De Bue avait pourtant indiqué en février dernier que seuls quelques raccordements devaient encore être effectués avant l’activation.

Eric Thiébaut, bourgmestre d’Hensies, plaide depuis de nombreux mois pour que les radars soient enfin actifs afin d’améliorer la sécurité des habitants. Après concertation avec le député Jean-Pierre Lepine, ce dernier interrogeait la ministre en février dernier en vue de faire avancer les choses. Alors que ce n’était plus que l’histoire de quelques semaines selon la ministre, force est de constater que les délais sont bien plus longs que prévus.

"Les radars tronçons ne sont toujours pas activés", indique Eric Thiébaut. "Les délais deviennent interminables." Parallèlement à l’activation des radars tronçons, le bourgmestre d’Hensies tente de trouver des solutions dans ses villages pour limiter la vitesse des automobilistes. Un coup de pouce des radars tronçons serait sans nul doute le bienvenu.

Pour rappel, les zones de contrôle de ces cinq radars vont s’étendre, à Hensies, de la rue Jean Jaurès (N51) à l’avenue du Saint-Homme (N552), ainsi que sur la chaussée de Belle-Vue (toujours sur la N552). À Dour, ce sont les parcelles de route situées de la rue Chapelle à la rue d’Audregnies (N553), de la rue Moranfayt à la rue Henri Pochez ainsi que de la rue du Commerce aux rues de la Fontaine et des Chênes qui sont concernées.