Contrôles routiers à la frontière: "Je suis prêt à fermer le poste frontière d’Hensies en cas de circulation trop dense dans la commune"

Des contrôles sont menés depuis le 11 septembre à Vicq, en France, provoquant d’importants charrois de camions et voitures sur les routes communales d’Hensies.

Florian DUCOBU
Contrôles routiers à la frontière: "Je suis prêt à fermer le poste frontière d’Hensies en cas de circulation trop dense dans la commune"
©devoghel

Depuis le 11 septembre, des contrôles routiers sont effectués à Vicq, dans le Nord de la France, sur l’autoroute A2/E19 provoquant d’importants embarras de circulation. Éric Thiébaut, bourgmestre d’Hensies, avait d’ailleurs décidé de fermer le poste frontière d’Hensies en contestation au manque de concertation entre les autorités belges et françaises. Ce n’est pas le seul à pester contre ces contrôles inopinés puisque le maire de Quiévrechain avait lui aussi poussé un coup de gueule reprochant un trafic routier incessant au sein de sa commune où les routes n’y sont pas adaptées.

Le manque de communication et d’informations sur ces contrôles réalisés à la sortie d’autoroute de Vicq, dans le nord de la France, a de quoi interpeller. " Même le maire de Vicq n’a pas d’information sur les raisons exactes des contrôles qui ont lieu sur l’autoroute", indique Éric Thiébaut, bourgmestre d’Hensies. " Le constat est le même à Quiévrechain, commune frontalière, où le maire déplore un trafic routier bien trop dense au sein de son entité où les routes ne sont évidemment pas adaptées."

Les conséquences de ces contrôles s’étaient même fait ressentir jusqu’à la commune belge d’Hensies, où Éric Thiébaut avait décidé de fermer l’accès à sa commune en contestation à ces contrôles réalisés sans concertation avec les autorités belges et à l’insécurité qu’ils provoquent. " De nombreux automobilistes et poids lourds défilaient sur nos routes communales provoquant l’insécurité des riverains", confie Éric Thiébaut. " J’avais dès lors décidé de fermer l’accès à la commune afin de pouvoir garantir la sécurité de mes citoyens et protester contre ces contrôles. Depuis lors, j’ai rouvert l’accès au poste frontière d’Hensies lorsque les embouteillages étaient moins importants. Si la situation venait à se dégrader, je fermerais à nouveau la sortie du poste frontière d’Hensies."

Menés depuis deux mois, ces contrôles ont donc des impacts sur de nombreuses communes belges et françaises qui attendent tous qu’ils cessent. Des problèmes extra-routiers surviennent d’ailleurs suite à cela. " Le maire de Quiévrechain me confiait que neuf clandestins afghans avaient été contrôlés au sein de sa commune par la police municipale. Cette dernière avait alors demandé ce qu’elle devait faire de ces personnes ce à quoi les autorités françaises avaient répondu qu’il fallait les relâcher. La cohérence de ces contrôles routiers se pose donc de plus en plus", conclut Éric Thiébaut.

Les communes concernées gardent donc un œil sur ces contrôles dont notamment Éric Thiébaut, bien décidé à agir si la situation se dégrade à nouveau.