Hensies: Les problèmes liés au carrefour du Sardon pas près d’être résolus

Le SPW reste en effet campé sur ses positions alors qu’Éric Thiébaut, bourgmestre d’Hensies, refuse «leur solution de facilité».

Florian DUCOBU
Hensies: Les problèmes liés au carrefour du Sardon pas près d’être résolus

Éric Thiébaut, bourgmestre d’Hensies, et la SPW peinent à se mettre d’accord sur les aménagements à apporter au carrefour du Sardon à Thulin. Alors que les autorités communales réclament la mise en place d’un réaménagement de la circulation permettant notamment la construction d’îlots et la réduction des voies de circulation de deux à une bande, la SPW veut simplement empêcher les automobilistes de tourner à gauche les obligeant ainsi à se rendre jusqu’au rond-point des Canadiens.

Cette solution n’est toutefois pas viable selon Éric Thiébaut, bourgmestre d’Hensies. « Le tourne-à-gauche du carrefour du Sardon a été mis en place pour permettre aux camions de se rendre à l’usine Carthuplas sans devoir traverser le village de Thulin», confie Éric Thiébaut. « Si ce tourne-à-gauche est supprimé, les camions seront obligés de se rendre jusqu’au giratoire situé au carrefour des Canadiens et donc traverser Thulin. Cela ne serait évidemment pas idéal pour les habitants.»

Malgré le refus d’Éric Thiébaut, la Sofico s’en tient à la solution trouvée par la Commission Provinciale de Sécurité Routière (CPSR). « La CPSR s’était penchée sur le sujet afin de proposer des pistes de solution au problème du carrefour des Sardon», indique Héloïse Winandy, porte-parole de la Sofico. « Elle avait finalement rendu un verdict proposant la suppression du tourne-à-gauche et la mise en place de potelets. Cette solution peu couteuse et facile à mettre en place se révélait être bien plus sécurisante qu’un giratoire mais les autorités communales la refusent. Nous la laissons tout de même sur la table en cas de changement d’avis.»

Bien plus couteuse, la mise en place d’un giratoire n’est donc pas au goût du jour de la SPW. « J’aimerais réduire le nombre de bandes de circulation de deux voies à une seule», informe Éric Thiébaut. « Cela permettrait de mettre en place une bande de lancement comme cela se fait à d’autres endroits de la route de Wallonie. Ce réaménagement permettrait également la construction d’îlots. La mise en place d’un giratoire pourrait aussi être envisagée. La SPW reste cependant braquée sur ses positions. Plus d’un accident par mois survient encore au carrefour du Sardon, il est donc important d’agir.»

La Sofico refuse cependant de débourser les 800 000 euros nécessaires à la mise en place de ce giratoire. « Nous proposons une solution bien moins couteuse et bien plus sécuritaire. Ces économies permettraient d’investir dans d’autres aménagements ailleurs en Belgique. Des radars tronçons ont tout de même été mis en place afin d’essayer de réduire les accidents. Nous espérons donc qu’ils porteront leurs fruits», conclut Héloïse Winandy.