Thulin: le lidar a eu un effet dissuasif

Du 7 au 14 novembre, un lidar a été installé au carrefour du «Sardon», sur la RN 552 à Thulin (Hensies).

U.P.
Thulin: le lidar a eu un effet dissuasif
Le lidar a beaucoup contrôlé mais a peu sanctionné. ©ZP Hauts Pays

Le carrefour du «Sardon» est particulièrement accidentogène et a été le premier endroit choisi par la zone de police des Hauts Pays pour utiliser le lidar mis à sa disposition par la région wallonne.

Durant une semaine, 41 432 véhicules ont été contrôlés, dont 704 camions. Parmi ceux-ci, 712 véhicules étaient en infraction (aucun camion), soit 1,7% du total. 14 d’entre eux dépassaient de 30 km/h la vitesse autorisée et devraient donc faire l’objet directement de poursuites par le parquet au lieu de se voir proposer une perception immédiate.

Le prix de la tête brûlée revient à un automobiliste flashé à 144 km/h au lieu de 90. En dehors de cet «exploit», la proportion de véhicule en infraction était inférieure à la moyenne habituelle.

«À titre de comparaison, en 2018, la zone a contrôlé avec son radar mobile sur l’ensemble du territoire 12 605 véhicules dont 5 448 étaient en infraction. Pour le secteur du «Sardon», nous n’avions «seulement» contrôlé depuis janvier 2018 que 1 827 véhicules dont 459 étaient en infraction, soit 25% du total», précise Patrice Degobert, chef de corps de la zone de police des Hauts Pays.

«Il est donc intéressant de constater que le Lidar permet non seulement de façon évidente de contrôler un plus grand nombre de véhicules, mais semble avoir un effet dissuasif grâce à sa visibilité: seulement 1,7% de véhicules en infraction au lieu de 25% avec le radar en mode discret.»

La zone de police installera à nouveau le Lidar dans les semaines à venir notamment à Dour à la rue de Boussu qui est un endroit problématique également. Il s’agit d’une route nationale entrant en agglomération, avec la présence d’une école.

Chaque commune de la zone sera également visitée en attendant le placement de radars fixes ou de radars tronçon.