Itinéraire d’un enfant doué

Fin de l’année prochaine, Giovanni Vero fêtera ses 50 ans. Né d’un père ouvrier mineur dans une famille de sept enfants, celui qui a notamment accompagné Jeane Manson, Philippe Lafontaine, Claude Barzotti ou Toots Thielemans a très tôt été touché par le virus familial des partitions.

Jidel
Itinéraire d’un enfant doué
47 ©ÉdA

Il nous explique: «Mon père adorait l'opéra mais c'est surtout par le biais de mes grands frères musiciens à l'harmonie La Renaissance d'Hensies que je me suis tourné vers la musique. Mon premier professeur fut Jules Procureur qui me donna mes premières armes à la clarinette et au hautbois. Je dois beaucoup à cet homme généreux et dévoué». Première d'une série de rencontres qui vont peu à peu transformer l'enfant prodige en adulte talentueux. Giovanni poursuit: «J'ai poursuivi mes études musicales à l'Académie de Musique de Mons. Pendant mon adolescence, je me suis perfectionné à la clarinette et au saxophone en intégrant des styles différents. À quinze ans, j'ai rencontré Marcel Wattiez, directeur artistique des Rangers. Il m'a poussé vers l'improvisation, une discipline qui n'était pas encore enseignée dans les académies et conservatoires». Viendront ensuite les longues années au Conservatoire Royal de Musique de Mons puis de Bruxelles, avec les encouragements de son professeur Clovis Liénard. Après un passage par la Musique de la Gendarmerie Nationale belge, notre virtuose se destine à l'enseignement. D'une certaine manière, la boucle est bouclée. Mais la carrière continue. Car notre interlocuteur conclut: «Nous allons fêter les 25 ans du New Beat's Band, formation de jazz et variétés qui a assuré concerts et spectacles en Belgique, en France, en Tchéquie et en Allemagne! Je suis très heureux d'avoir transformé mon rêve en profession!»