Trois ans après l’effondrement d’une grange à Haulchin, Richard et Dominique obligés de déménager : “l’humidité est partout dans la maison”

Experts, compagnies d’assurances et… avocats se renvoient la balle depuis trois ans et demi mais en attendant, le couple a été contraint de déménager à cause de l’insalubrité de leur habitation qui est voisine à l’ancienne grange.

Thomas Donfut
Richard et Dominique sont à bout. Ils ne comprennent pas pourquoi cela prend autant de temps.
Richard et Dominique sont à bout. Ils ne comprennent pas pourquoi cela prend autant de temps. ©D.R.

Le 24 juin 2019, une grange située rue des Combattant à Haulchin s'effondrait sans aucune raison apparente. Heureusement, sans faire de blessé. Les dégâts matériels sont cela dit importants et le bâtiment est rasé quelques jours plus tard car jugé instable par les pompiers.

L'absence de toiture dans l'atelier cause de nombreux dégâts à la maison de Dominique et Richard.
L'absence de toiture dans l'atelier cause de nombreux dégâts à la maison de Dominique et Richard. ©D.R.

À l’époque, ces derniers prenaient également la décision, pour les mêmes raisons, d’abattre la toiture de l’atelier de Richard Blaskjevicz, ardoisier de son état qui était toujours en activité à l’époque, qui était attenant à la grange. Une décision lourde de conséquences pour Richard et son épouse Dominique pour plusieurs raisons. “Trois ans et demi après les faits, nous en sommes toujours au point mort dans cette histoire”, regrette Dominique. “Nous avons été contraints de déménager en janvier dernier car les infiltrations d’eau étaient trop importantes et nous n’avons pas les moyens d’avancer l’argent des travaux. L’humidité est partout dans la maison et il était devenu impossible de la chauffer sans consommer énormément d’énergie.

Depuis janvier dernier, Richard, 75 ans, et Dominique ont trouvé refuge dans la maison louée par une amie de la famille dans un village voisin. Une situation qui est difficile pour le couple. “Notre village, c’est Haulchin. Cela fait plus de 40 ans qu’on y réside. Nos amis sont là, nous y avons nos habitudes. Nous vivons une situation très compliquée. Mon mari est en dépression, j’ai des problèmes de santé liés au stress permanent qui règne.

Une affaire complexe

Car depuis l’incident dont les tenants et aboutissants se jouent actuellement devant un tribunal, la principale difficulté de l’affaire est de trouver le responsable de l’effondrement de la grange. “C’est là toute la difficulté et la complexité de ce dossier”, nous a confié Bauduin Dufrane conseiller communal qui, pour l’occasion, a mis sa casquette de courtier en assurances… des deux parties. “Il m’est impossible de porter un jugement sur une affaire qui se règle actuellement devant les tribunaux mais ce qui est certain, c’est que c’est la justice qui doit désormais déterminer un responsable et qu’a priori, cela prend du temps. Or, dans ce cas-ci, le bâtiment s’est effondré sans raison apparente alors qu’il faisait beau et sans avoir été percuté par quelconque engin que ce soit.


De nombreux experts se sont succédé depuis l’événement et la juge en charge du dossier s’est même rendue sur place pour constater la réalité du terrain. “Ce que l’on demande, c’est de pouvoir être tranquille avec cette histoire et que l’on nous dédommage correctement”, continue Dominique. “Car nous sommes obligés aujourd’hui de payer un loyer de 750 euros, sans compter les charges, ce que nous ne devions pas faire à Haulchin puisque la maison nous appartient. Les charges de cette dernière, elles, continuent de tomber mais nous ne touchons qu’une modeste pension et sommes vraiment dans la difficulté. Aujourd’hui, nous sommes obligés de nous chauffer au bois chez nous car nous n’avons pas d’argent pour acheter du mazout…”

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...