Estinnes: la Fête de la Moisson de retour à Bonne-Espérance

Elle aura lieu le week-end prochain.

U.P.
 /
/ ©Fête de la moisson

En 2020 et en 2021, la fin du mois d’août fut bien terne à l’abbaye de Bonne-Espérance, privée de sa traditionnelle Fête de la Moisson, fauchée par la crise sanitaire. Mais l’événement n’était qu’endormi: le covid passé, il peut célébrer son grand retour ces 19, 20 et 21 août, un événement avancé d’une semaine suite à l’entrée en vigueur des nouveaux rythmes scolaires.

Malgré ce changement de calendrier, nul doute que l’événement, particulièrement attendu après une longue disette, attirera la grande foule, d’autant qu’une météo sèche devrait être de la partie. L’événement, mis sur pied en 1994 pour rappeler le patrimoine agricole de l’abbaye, connaît un succès remarquable. La Moisson à l’abbaye attire bon an mal an entre 12000 et 15000 visiteurs.

Elle est sans doute devenue la plus importante manifestation du genre en Wallonie. L’esprit et l’ambiance ont sans doute forgé son succès, tout comme les multiples animations autour: travaux des champs à l’ancienne, démonstration de chevaux de trait, machines agricoles anciennes, maréchalerie...

Comme c’est le cas depuis de nombreuses années, l’événement sera étalé sur deux jours, avec une soirée en prélude le vendredi, qui verra les locaux de l’étape Mister Cover jeter de grands hits en pâture dès 20h. Pour cette édition du retour, les organisateurs de la Moisson ont programmé une deuxième soirée concert le samedi, avec le New Variety Orchestra, un orchestre interprétant des morceaux d’artistes tels que Johnny Hallyday, Annie Cordy, Lady Gaga, Michel Sardou, Claude François, Edith Piaf...Bref, l’idéal pour une soirée arrosée sous chapiteau en pleine campagne.

Des activités très diverses émailleront ces deux jours de fête des champs: une conférence-débat sur l’agriculture d’aujourd’hui et de demain, une lutte de balle pelote, un concert de trompes de chasse, etc. Tout le week-end, des expositions de tracteurs et de véhicules anciens permettront de décorer l’espace.

Sur les champs, on moissonnera comme antan et on organisera même le championnat de Belgique de labour à l’ancienne. Bref, sortez votre plus belle chemise à carreau et rendez-vous rue Grégoire Jurion pour un week-end teinté de nostalgie d’un monde révolu, mais où l’agriculture d’aujourd’hui se met aussi en vitrine.Et comptez 10 euros d’entrée.