Voici les derniers mots du violeur de la Sambre, Dino Scala, avant que le jury parte en délibération ce 1er juillet 2022

Avant que le jury parte en délibéré sur la culpabilité de Dino Scala, le violeur de la Sambre s’est exprimé (très brièvement) une dernière fois, ce vendredi 1er  juillet 2022. Il a présenté ses excuses aux victimes.

A Douai, Thomas Longrie
 Scala, l’homme aux deux visages, sans casier judiciaire, apprécié de beaucoup, sera-t-il reconnu coupable des 56 viols, tentatives de viols ou agressions sexuelles?
Scala, l’homme aux deux visages, sans casier judiciaire, apprécié de beaucoup, sera-t-il reconnu coupable des 56 viols, tentatives de viols ou agressions sexuelles? ©D.R.

Après trois semaines de procès et avant que le jury, composé de six jurés effectifs (quatre femmes et deux hommes), parte en délibération, la parole a donc été donnée une dernière fois à l’accusé ce vendredi 1er juillet 2022.

"Si vous avez quelque chose à ajouter, nous vous écoutons, M. Scala", lui a demandé le président de la cour d’assises.Debout, mains croisées, Dino Scala s’est ensuite exprimé, de façon très brève. "Je vais présenter mes excuses aux victimes, Monsieur le président", a dit le violeur de la Sambre avant de se rasseoir.

Les débats se sont ensuite clôturés et le jury est parti en délibération.L’audience devrait reprendre à 15 heures, a ajouté le président.

Présenté comme le violeur de la Sambre, Dino Scala, un Français de 61 ans, est jugé pour des viols, agressions sexuelles ou tentatives sur 56 victimes, dont huit en Belgique, âgées de 13 à 48 ans, entre 1988 et 2018.

Le violeur de la Sambre encourt 20 ans de réclusion criminelle

Jeudi, le parquet général avait requis 20 ans de réclusion criminelle à l’encontre de Dino Scala. Une peine de sûreté des deux-tiers a été demandée. Les réquisitions de l’avocat général s’accompagnaient d’une demande d’interdiction pour Dino Scala de résider dans le Nord Pas-de-Calais, "là où ses victimes n’habitent pas, là où il ne les a pas salies", pointait Antoine Berthelot, en demandant également un suivi socio-judiciaire de dix ans.

Scala, l’homme aux deux visages, sans casier judiciaire, apprécié de beaucoup, sera-t-il reconnu coupable des 56 viols, tentatives de viols ou agressions sexuelles? Ou uniquement de la quarantaine de faits qu’il reconnaît?