Un prédateur sadique en Belgique

Le volet belge de l’affaire du violeur de la Sambre a donc été abordé ce mardi. Si Dino Scala, un Français de 61 ans, a reconnu les huit viols, tentatives ou agressions sexuelles commis à Erquelinnes, son parcours belge semble être particulièrement marqué par une forme « de sadisme », selon le président de la cour d’assises, Erik Tessereau. « On a vraiment l’impression du chat qui joue avec la souris », un chasseur ultra-violent qui n’hésitait pas à étrangler ou à frapper ses victimes. À les humilier aussi.

Thomas Longrie
Un prédateur sadique en Belgique

Selon l’accusé, qui n’a assumé qu’une partie des 56 faits pour lesquels il est jugé, il n’y aurait pas eu de victimes entre 2012 et cette dernière agression chez nous, en 2018. « Vos obsessions se sont tues pendant six ans? » , questionne l’avocat général. « Oui, terminé » , mais ce jour de 2018, « c’est reparti » . Avant son interpellation.