«Il n’y a pas deux violeurs de la Sambre, ni aujourd’hui, ni hier»: les enquêteurs excluent la présence d’un autre agresseur

Plusieurs victimes ont évoqué avoir été agressée sexuellement par un homme porteur d’une moustache. S’agit-il de Dino Scala qui a souhaité modifier son apparence avec un postiche, ou certaines victimes se sont-elles trompées de bonne foi ? Les deux hypothèses sont plausibles, selon les enquêteurs français. Car le violeur de la Sombre a menti à plusieurs reprises lors de ses auditions.

A Douai, Thomas Longrie
 «Lorsqu’on est victime d’une agression, et a fortiori d’une agression sexuelle, nos sens vont percevoir la réalité d’une manière telle qu’on peut fournir un témoignage dont on sera persuadé qu’il est juste, mais il peut pour autant contenir des incohérences, des précisions, voire encore de faux détails», a indiqué ce mardi à la barre le chef d’enquête qui, avec son équipe, a élucidé cette affaire».
«Lorsqu’on est victime d’une agression, et a fortiori d’une agression sexuelle, nos sens vont percevoir la réalité d’une manière telle qu’on peut fournir un témoignage dont on sera persuadé qu’il est juste, mais il peut pour autant contenir des incohérences, des précisions, voire encore de faux détails», a indiqué ce mardi à la barre le chef d’enquête qui, avec son équipe, a élucidé cette affaire». ©AFP

Dino Scala, le Français de 61 ans accusé devant la cour d’assises du Nord, à Douai, de 56 viols et agressions sexuelles perpétrés en France et Belgique continue de nier certains faits. Notamment ceux, où des victimes décrivent leur violeur comme porteur d’une moustache.