Pollution de la Senette : “une partie du réseau d’égouttage n’est pas raccordée à une station d’épuration”

Les analyses ont révélé qu’aucune dégradation du milieu aquatique n’a eu lieu.

Florian Ducobu
Les problèmes de pollution sont de plus en plus récurrents dans la Sennette.
Les problèmes de pollution sont de plus en plus récurrents dans la Sennette. ©D.R.

Ces dernières semaines, à plusieurs reprises, des riverains de la rue Lefort à Marche-lez-Ecaussinnes se sont inquiétés des eaux du Ruisseau “la Sennette” à la rue Lefort, à proximité du centre de Marche-lez-Ecaussinnes, qui arborait une inquiétante couleur blanchâtre.

À la demande de Sébastien Deschamps, Chef de file du groupe ENSEMBLE à Ecaussinnes, le député wallon, François Desquesnes a interpellé la Ministre wallonne de l’Environnement Céline Tellier sur le sujet. Dans sa réponse de ce 11 janvier 2023, la Ministre a précisé que la pollution n’était pas identifiée. Afin d’investiguer plus avant, une réunion multidisciplinaire, regroupant des membres de la commune d’Écaussinnes, du contrat de rivière “Senne”, de la Province de Hainaut et de la police de l’environnement, s’est tenue en décembre 2022. Lors de cette réunion, et après examen du PASH, il est apparu qu’une partie du réseau d’égouttage de la zone en amont des pollutions observées n’est pas raccordée à une station d’épuration.

Dès lors, plusieurs sociétés et habitations privées ont la rivière pour exutoire. En ce qui concerne les entreprises, des normes de rejet sont habituellement fixées par les permis d’environnement, les conditions sectorielles ou intégrales. Compte tenu de ces éléments et malgré le respect des conditions des rejets, des polluants peuvent arriver à la rivière tant que l’ensemble de ceux-ci n’est pas canalisé et orientés vers une station d’épuration. La police de l’environnement poursuit dès à présent son enquête.

Dans sa réponse, la Ministre Céline Tellier a précisé que “les enquêtes effectuées par le DPC n’ont pas permis de déterminer l’origine exacte de ces pollutions”. Elle a par ailleurs signalé qu’“ aucune mortalité de poissons et aucune dégradation visible du milieu aquatique n’a cependant n’a été constatée”.

Elle a en outre communiqué plusieurs informations au député François Desquesnes (Les Engagés). “Des prélèvements ont ainsi été opérés le 7 décembre 2022 aux points de rejet d’une société afin de comparer ses déversements aux normes qui lui sont imposées. Concernant les contrôles des rejets des sociétés par l’administration, diverses procédures sont rencontrées : les sociétés dites “IPPC” rejetant des eaux industrielles dans le milieu sont généralement tenues d’effectuer des autocontrôles internes et des contrôles par un laboratoire agréé de leurs rejets. La périodicité de ceux-ci est déterminée par le permis ; ces entreprises font l’objet minimum d’un contrôle tous les trois ans conformément à la législation européenne en vigueur. La police de l’environnement effectue également des contrôles sur plaintes ou dans le cadre de demande d’avis à remettre pour les entreprises effectuant une demande de prime à l’investissement. Lors de ses contrôles auprès des sociétés, la police de l’environnement examine le respect des conditions de rejet imposées sur base des contrôles et autocontrôles réalisés ou sur base d’un échantillonnage aux points de rejet. Après enquête, il n’y a pas de rejet direct d’eau provenant d’entreprises dans la Sennette. Ces rejets se font via un réseau d’égouttage qui lui-même se déverse dans la Sennette. Il ne paraît actuellement pas opportun d’y placer une caméra”.

Les premiers éléments de l’enquête ne tendent pas à privilégier un éventuel déversement volontaire de déchets ou de polluants par une personne depuis les berges. L’IDEA finalise le projet d’assainissement des eaux résiduaires urbaines de la rue de Courrières-lez-villes. Ce projet ne prévoit cependant pas le traitement des eaux usées industrielles.

Pour Sébastien Deschamps, Conseiller communal et administrateur à l’IDEA : “Dans sa réponse, la Ministre de l’Environnement, Céline Tellier souligne l’absence de système d’assainissement et renvoie la balle à l’IDEA. En ta qualité d’administrateur au sein de l’intercommunale IDEA, je vois relayer la question à la direction de l’intercommunale”, conclut-il.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...