Quel avenir pour le presbytère Saint-Remy à Ecaussinnes? «Sans entretien, le bâtiment risque de se détériorer»

Depuis la désaffectation du lieu, le dossier est au point mort.

F.D.
Quel avenir pour le presbytère Saint-Remy à Ecaussinnes? «Sans entretien, le bâtiment risque de se détériorer»
©D.R.

Le sort du presbytère Saint-Remy à Ecaussinnes fait couler beaucoup d’encre depuis plusieurs années. Dans un arrêté épiscopal, l’Evêché de Tournai avait confirmé au collège échevinal d’Ecaussinnes qu’il acceptait la désaffectation du presbytère de la paroisse Saint-Rémy. Inoccupée depuis de longues années et parfois squattée et vandalisée, cette superbe bâtisse située Haute-Rue à Ecaussinnes, connaîtra ou pas une nouvelle vie sous l’égide de la commune, propriétaire des lieux.

A la demande de la fabrique d’église et sur proposition du collège communal, le presbytère de la paroisse Saint-Rémy a été désaffecté. Suivant la procédure en vigueur pour ce type de bien, l’Evêché de Tournai a rapidement et officiellement accédé à cette requête, confirmée par le conseil communal le 16 décembre 2019. Depuis lors, le dossier peine à avancer.

"Rappelons que le retour complet de ce bien dans le giron communal a fait l’objet d’une promesse de compensation. Le collège s’est en effet engagé à rénover le presbytère Sainte-Aldegonde, afin de le réaménager en un logement pour prêtre à l’étage et des locaux paroissiaux au rez-de-chaussée", mentionne Sébastien Deschamps.

A la Haute-Rue, la bâtisse n’est pas dépourvue de charme, ni de potentiel au vu des volumes imposants qu’elle présente. Le chef de file de l’opposition ENSEMBLE a donc souhaité interpeller le collège sur ses projets pour le presbytère Saint-Rémy. Ce dernier était d’ailleurs inscrit dans une fiche projet du Plan Communal de Développement Rural. "Il me revient que le Collège a demandé une estimation du bien. Compte-t-il le revendre ou envisage-t-il de le remettre en état?" s’interroge le conseiller ENSEMBLE.

Le point sera abordé lors du Conseil communal de ce 27 avril 2022. Pour Sébastien Deschamps, "il y a lieu de prendre les mesures d’entretien qui s’imposent avant d’effectuer des aménagements d’envergure dans ce bâtiment. Si l’on n’en s’occupe pas, il risque de se détériorer comme l’église du Sacré-Cœur."