Carrières, patrimoine et luttes sociales

Bernard Mariscal est originaire de la Région du Centre. Il a cependant habité à Wemmel et à Ganshoren avant de revenir aux sources.

Dominique NUYDT

Juriste fiscaliste de formation et âgé de 54 ans, il est passionné par l’histoire locale et sociale. «Quand ma mère s’est établie à Marche-lez-Ecaussinnes, j’ai cherché à me rapprocher. J’ai donc fait construire une maison dans le nouveau lotissement Domaine de Bel Air. Écaussinnes m’a immédiatement plu car c’est une commune qui possède un riche passé historique. J’ignorais d’ailleurs que les luttes sociales y avaient été si importantes à l’époque où les carrières tournaient à plein régime. En 1909, les tailleurs de pierre ont décrété un lock out qui a duré cinq mois. Les maîtres de carrière ont fait appel à l’époque à une main-d’œuvre italienne originaire de Pierrasanta pour briser la grève. Aujourd’hui, les deux villes sont jumelées. La pierre bleue d’Écaussinnes est réputée mondialement, elle a notamment servi à la construction du beffroi de Bruges. Malgré une pierre de qualité supérieure, les carrières se sont éteintes progressivement mais les traces qu’elles ont laissées ont profondément marqué les paysages. Dans la rue principale, on peut apercevoir le trou Barette. Il donne une idée de l’importance de l’extraction de la pierre et sert aujourd’hui de réserve d’eau potable. La carrière de Restaumont est devenue une réserve naturelle. La faune et la flore s’y sont rapidement développées. On peut y trouver des hirondelles de rivage et le crapaud calamite, deux espèces rares ».