Un crayon suit Alain…

Alain Sartiaux a été dessinateur à la force aérienne.Pensionné, la cité de l’Amour l’inspire désormais…En outre, il partage sa passion et l’enseigne à des élèvesde tout âge à l’école d’arts appliqués d’Écaussinnes.

Johanne TINCK
Un crayon suit Alain…
14 fig ©ÉdA

Depuis tout petit, Alain Sartiaux aime dessiner. Originaire du Borinage, celui qui habite la cité de l'Amour depuis 1992 a effectué ses études aux Aumôniers de Boussu et à l'Athénée de Dour. «Je me destinais à l'architecture. Mais j'ai dû stopper mes études pour mon service militaire », indique-t-il. Mais finalement, l'armée fut l'occasion pour Alain de mettre en avant ses talents de dessinateur. On lui a en effet proposé une place de dessinateur à la force aérienne. Alain a alors plié bagage. Avec ses quatre enfants et son épouse, il a vécu de nombreuses années dans la région de Verviers. «Comme beaucoup d'enfants de parents travaillant à l'armée, les miens étaient en internat », se souvient-il. Le travail d'Alain était assez diversifié. Ainsi, il réalisait même des bandes dessinnées pour les pilotes. Il participe à l'élaboration de livres d'or, de panneaux. C'est même lui qui a recréé l'Indien des Boeings de Melsbroek! Aujourd'hui, Alain continue à dessiner. L'entité d'Écaussinnes l'inspire beaucoup. Il a également récemment collaboré avec Jacques Pochart pour son livre sur les cimetières. Et puis, il enseigne sa passion aux jeunes et moins jeunes. «On peut avoir accès à mes cours dès l'âge de huit ans. Aucune qualité prérequise n'est nécessaire. J'ai pour principe de laisser l'élève évoluer seul dans son dessin et puis, de lui montrer ce qu'il aurait pu faire autrement. Je trouve que c'est important

Les plus consultés depuis 24h