Conseil communal agité ce jeudi à Dour : “Il faut que les erreurs soient dévoilées et que chacun assume sa responsabilité”

La gestion du centre sportif était au cœur des tensions.

Florian Ducobu
Les débats étaient tendus ce jeudi au conseil communal de Dour.
Les débats étaient tendus ce jeudi au conseil communal de Dour. ©F.D.

Le changement de majorité n’a pas fini de faire parler à Dour, c’est le moins que l’on puisse écrire… Alors que le conseil communal se chargeait de changer la présidence des différentes asbl de la commune, en raison du passage de trois conseillers communaux en tant qu’indépendant, l’ancien échevin et désormais conseiller communal, Patrick Poli, a voulu ajouter un point à l’ordre du jour. Il réclamait alors le report de la démission de Marcel De Raijmaeker de son poste au sein de l’asbl du centre sportif.

Plusieurs raisons ont poussé l’ancien échevin des Sports à prendre cette décision. “J’ai demandé le report de la démission de Marcel De Raijmaeker, le temps que toutes les erreurs dans la gestion du centre sportif soient dévoilées et que chacun puisse assumer ses responsabilités”, indique-t-il. “Dans le climat politique actuel, je propose aussi qu’un expert indépendant de la politique assiste aux discussions pour mettre tout cela au clair et ce, dans l’intérêt des utilisateurs du centre sportif.

Un report de démission qui n’a finalement pas été possible. “Nous ne pouvons pas demander à une personne de reporter sa démission. En revanche, si des erreurs ont été commises, le responsable, qu’il soit encore en poste ou pas, devra répondre de ses actes”, répond Carlo Di Antonio, bourgmestre de Dour, un peu déboussolé par cette requête. “Patrick Poli était échevin de tutelle et faisait partie du conseil d’administration du centre sportif. Si problème de gestion il y a eu, pourquoi ne les dire que maintenant ?

Malgré tout, le maïeur a accepté de constituer un groupe de travail pour analyser en profondeur les comptes de ces dernières années. “Nous allons constituer un groupe de travail composé de Patrick Poli, des anciens et nouveaux administrateurs du Centre sportif, de Catia Pompilii (Vice-présidente du Centre sportif entre 2019 et 2021) ainsi que de Pierre Carton, du comptable actuel du centre sportif et d’un comptable externe”, poursuit Carlo Di Antonio. “Le comptable externe sera choisi via un marché public réalisé en urgence. Il aura pour mission de challenger les dires du comptable actuel. Des réunions auront lieu rapidement pour constituer un rapport à présenter au prochain conseil communal, prévu le 16 février prochain.

Plusieurs soucis apparaissent cependant puisque les fardes des comptes d’avant 2021 sont actuellement introuvables. Une situation à laquelle l’ensemble des personnes concernées devront pallier pour pouvoir tirer cette histoire au clair. En attendant, plusieurs manquements dans la gestion du centre sportif ont été cités lors du conseil communal.

Je donnerai deux exemples d’erreurs de gestion, parmi de nombreux autres, lors de ce conseil communal”, réagit Patrick Poli. “Un abonnement internet chez Orange a soi-disant été pris pour la cafétéria pour l’asbl SOSE (Sainte-Odile Sports Elouges) alors qu’elle ne couvrait seulement l’ancienne buvette. Marcel De Raijmaeker a pourtant marqué son accord. Plusieurs décisions ont également été prises par ce dernier sans qu’il n’en informe le CA. À noter qu’il avait également accès au compte puisqu’il me l’avait demandé en 2019.

Le principal intéressé a alors affirmé “qu’il se tiendrait à disposition du groupe de travail pour faire toute la lumière sur cette affaire” et ajouter “qu’il n’accuse personne.

En fin de séance, Patrick Poli ne décolérait pas. “Beaucoup de propos déplacés ont été tenus à mon encontre ces deux dernières semaines. J’aurais pu divulguer encore beaucoup de problèmes de gestion qu’il faudra assumer”, confie-t-il. “J’aurais voulu que Marcel De Raijmaeker s’exprime plus longuement. Je voulais qu’il se défende car il a eu des propos inacceptables cette semaine en réunion. Je me plie en quatre depuis 10 ans pour la gestion du centre sportif. Je ne suis pas une merde.

Bref beaucoup de choses restent à régler dans cette affaire qui fera probablement encore parler d’elle dans les semaines à venir…

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...