Chapelle: Bruno Scala réagit à son éviction: "de graves manquements surviennent dans la gestion du centre culturel"

Défendu par Maître Uyttendaele, le premier échevin de Chapelle-Lez-Herlaimont a tenu à rétablir la vérité.

F.D.
Chapelle: Bruno Scala réagit à son éviction: "de graves manquements surviennent dans la gestion du centre culturel"

Un véritable coup de tonnerre avait retenti sur Chapelle-Lez-Herlaimont où l’on apprenait qu’une motion de méfiance avait été déposée par le PS à l’égard du premier échevin Bruno Scala. Alors que ce dernier se faisait discret dans un premier temps, il a désormais souhaité réagir au lynchage dont il fait les frais depuis plusieurs jours. Défendu par Maître Marc Uyttendaele, l’ancien premier échevin déplore la campagne diffamatoire et le harcèlement dont il fait l’objet après plus de seize ans de loyaux services au sein de la majorité.

Bien qu’il n’ait pas voulu évoquer les raisons exactes de son éviction, Bruno Scala a tout de même tenu à rétablir quelques vérités. "Mon client a constaté de nombreux dysfonctionnements dans la gestion du centre culturel dont un délabrement du climat social avec des membres du personnel en détresse, une situation comptable opaque et des infractions pénales, notamment des vols", indique Maître Uyttendaele, avocat de Bruno Scala. "Il s’est efforcé de remédier à cette situation et en a informé tous les responsables de la commune et du parti socialiste local. Il a malheureusement dû constater que certains d’entre-eux répugnaient à mettre en cause la manière dont le centre culturel avait été géré par le passé et souhaitaient éviter tout débat public à ce propos."

Interrogé par les enquêteurs suite à la mise en cause dont il fait l’objet, Bruno Scala a fait état de toutes ces constatations. Il leur a également indiqué que des informations inexactes circulent. "Il est notamment fait état publiquement du fait qu’il aurait commandé un audit sans respecter les règles de bonne gouvernance. Il démontrera à cet égard que les instructions qu’il avait données de mettre en concurrence trois bureaux comptables n’ont pas été respectées par l’administration du centre culturel", ajoute Maître Uyttendaele. "Il constate également qu’il n’a pas été entendu par l’USC du PS local avant que celui-ci ne porte à son égard des accusations dénuées de tout fondement. Il entend se défendre devant le conseil communal du mauvais procès qui lui est fait et continuera à contribuer à ce que la vérité soit faite sur la gestion du centre culturel et sur la volonté de certains de dissimuler tant à la population qu’aux autorités judiciaires les graves manquements qui ont caractérisée celle-ci."

Pour toutes ces raisons, Bruno Scala déposera une plainte en calomnie et diffamation à l’encontre de tous ceux qui portent atteinte, par leurs propos ou leurs votes, à son honneur et à sa tranquillité. Il rappelle par la même occasion avoir exercé loyalement son rôle d’échevin pendant 16 ans.