Après avoir été oubliée lors de l’annonce des résultats du plan Cigogne, la Ville de Braine-le-Comte est désormais fixée

La Ville n’a pas été retenue et devra donc attendre l’octroi d’autres subsides avant de relancer son projet.

Florian Ducobu
CRECHE FRAMERIE
La Ville de Braine-le-Comte finalement pas retenue par le plan Cigogne.

La Ville de Braine-le-Comte est désormais fixée sur son sort ! Après avoir été oubliée de l’annonce des lauréats du plan Cigogne, elle connaît désormais le verdict concernant sa candidature. Malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes puisqu’elle n’a pas été retenue. Une décision justifiée principalement par un taux de couverture déjà élevé du côté de Braine-le-Comte.

Nous étions en lice pour l’obtention des subsides de la phase 2 du plan Cigogne. Il y a eu 112 % de dossiers qui ont été introduits. Il y avait donc trop de demandes par rapport à l’offre qu’il pouvait y avoir. Les communes rencontrant un manque flagrant en termes de capacité d’accueil ont été privilégiées. Le taux de couverture de Braine-le-Comte étant déjà bon, nous n’avons pas été retenus”, confie Bénédicte Thibaut (MR), Présidente du CPAS de Braine-le-Comte.

Une nouvelle qui compromet donc les plans de la Ville qui devra attendre d’autres subsides avant de relancer son projet. “S’il y avait d’autres appels à projets, nous rentrerions évidemment à nouveau notre candidature”, indique Bénédicte Thibaut. “Il est cependant clair que nous sommes sous CRAC et que, donc, budgétairement nous ne pouvons pas nous permettre d’agrandir la dette si nous n’avons pas des subsides en conséquence. La couverture au niveau du personnel était intéressante dans ce plan Cigogne. Elle offrait vraiment 1,5 temps plein pour des subsidiations pour sept enfants donc c’était hyper intéressant. Ça permettait d’avoir une crèche avec une forme de rentabilité que nous n’avons pas dans les autres structures. Sans ce subside, nous n’allons pas aller plus loin au risque d’endetter la prochaine majorité.

Malgré cette mauvaise nouvelle, la Ville de Braine-le-Comte n’a pas à rougir de sa situation en termes de place d’accueil en crèches. “Nous possédons tout de même 124 places en crèches. Nous avons eu une nouvelle crèche de 64 places il y a trois ans. Une étude avait été réalisée permettant de supprimer les MCAE (Maisons Communales d’Accueil de l’Enfance), qui étaient de véritables gouffres financiers au profit d’une crèche proposant 24 lits supplémentaires. Toute une réflexion financière est donc continuellement dans le cadre de l’augmentation de nos places en crèche”, conclut Bénédicte Thibaut.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...