Braine-le-Comte: 200 saules plantés le long du ruisseau du Bois de Rebecq pour pallier à l’érosion

Ces arbres permettent également à la faune et à la flore de se développer.

elisa.megna@dh.be
Braine-le-Comte: 200 saules plantés le long du ruisseau du Bois de Rebecq pour pallier à l’érosion

Ce mardi, 200 arbres ont été plantés le long du ruisseau du Bois de Rebecq et d’un second cours d’eau brainois non classé. L’action menée dans le cadre du Plan Communal de Développement de la Nature (le PCDN) permet à la fois de protéger les berges contre l’érosion et de développer la biodiversité locale.

Plantés par les membres du PCDN, de bénévoles et du Contrat de Rivière Senne, ces saules ont été placés à une distance permettant une bonne reprise des plants et en veillant à l’écoulement correct du cours d’eau. Leur entretien sera, quant à lui, assuré par la Ville de Braine-le-Comte.

Essence forestière qui nécessite beaucoup d’eau, le saule têtard absorbe environ 100 litres d’eau par jour. Lorsqu’il est planté aux abords d’un cours d’eau, l’arbre protège alors les berges d’une forte érosion grâce à l’absorption importante dont il fait preuve.

D’autre part, lorsque ces saules sont entretenus et élagués régulièrement, ceux-ci présentent alors une cicatrisation qui donne lieu à des cavités dans lesquelles des animaux se développent tels que des chauves-souris, des chouettes chevêches, des passereaux, des hérissons, des rongeurs ou encore des amphibiens. En moyenne, un saule têtard peut abriter jusqu’à 200 espèces animales et végétales.

Déshumidificateur naturel, le saule têtard est un arbre qui nécessite un entretien régulier. C’est d’ailleurs la coupe dont il fait l’objet qui lui donne cette forme de têtard à laquelle il doit son nom. Chaque saule têtard présente ainsi un houppier – l’ensemble des branches placées en haut du tronc – en forme de boule.

Le PCDN étant un outil qui permet d’organiser la nature de manière durable sur le territoire communal, il vise à maintenir, à développer et à restaurer la biodiversité en y impliquant les acteurs sociaux. Depuis l’année dernière, l’un des projets du Plan de développement la nature à Braine-le-Comte consistait à planter des saules têtards le long des cours d’eau de l’entité.

Les plus consultés depuis 24h