Ronquières: Un appel à projet pour relancer l’activité touristique du Plan Incliné

Les Ministres du Tourisme wallon et des Voies hydrauliques cherchent une solution.

ME
Ronquières: Un appel à projet pour relancer l’activité touristique du Plan Incliné
Ronquières Plan Incliné ©Ugo Petropoulos

La province du Hainaut ayant annoncé qu’elle arrêterait les visites du Plan Incliné à partir de janvier 2022, l’heure est à la recherche d’une solution pour redynamiser ce site touristique. Pour ce faire, la Ministre Valérie De Bue en charge du tourisme en Wallonie, propose un plan de relance pour le Plan Incliné de Ronquières.

"Je suis attachée au tourisme fluvial" rappelle la Ministre Valérie De Bue. "Dans le cadre du plan de relance, un appel à projet sera lancé. Évidemment, cela s’adressera à des projets envisagés avec une portée touristique et une soutenabilité à court et à long terme. Cela suppose donc évidemment des opérateurs. À cette fin, je peux vous dire que nous nous mobilisons avec les différents partenaires pour aller dans cette voie-là".

Les différents partenaires que sont la Ministre, le Ministre Philippe Henry – responsable des voies hydrauliques – et le bourgmestre de Braine-le-Comte, Maxime Daye, prévoient donc de se mobiliser ensemble afin de trouver une solution.

"Pour une reprise de l’exploitation touristique du site, l’enjeu est bien évidemment de trouver un opérateur car la Wallonie n’a pas vocation à être un opérateur touristique. J’ai rencontré le bourgmestre de Braine-le-Comte évidemment désireux de trouver une solution afin de poursuivre l’exploitation touristique du Plan Incliné. Une réunion conjointe donc associant évidemment le ministre en charge, Philippe Henry, moi-même et le bourgmestre de Braine-le-Comte sera prochainement organisée", explique Valérie De Bue à la Commission du Parlement de Wallonie.

Si cette réponse réjouit le député Michele Di Mattia, le parlementaire rappelle un élément important: la temporalité. Bien que la réponse de Valérie de Bue fasse croire à une solution imminente, elle ne le dit pas de manière claire.

"J’espère que ce sera de manière imminente que sera lancé l’appel à projet puisqu’il y a urgence en la matière. […] Je souhaiterais que l’appel à projets soit suffisamment souple pour permettre à différents types d’opérateurs de pouvoir concourir et d’intégrer également la dimension de délai qui est particulièrement importante parce que si on perdait un an, par exemple, dans ce dossier, les préjudices seront incommensurables. L’urgence et la pluridisciplinarité sont deux éléments qui me semblent essentiels", conclut-il.