Braine-le-Comte: la rénovation de la Grand-Place ressort du frigo

L’opposition regrette un manque de consultation citoyenne. Celle-ci a eu lieu, rectifie la majorité… il y a quelques années.

Ugo Petropoulos
Braine-le-Comte: la rénovation de la Grand-Place ressort du frigo

Les Brainois ont-ils été exclus du projet de rénovation de la Grand-Place? C’est le reproche qu’adressent les groupes d’opposition Écolo et Ensemble à la majorité communale, qui s’étonnent de voir ce gros projet de réaménagement urbain faire soudainement son retour sur le devant de la scène. "Le Groupe de Travail Rénovation urbaine vient de se mettre en route après un demi-mandat de sommeil", note la conseillère communale écologiste Muriel De Dobbeleer.

"Très vite, nous avons pu comprendre que le projet était bien avancé, voire ficelé puisque des plans existaient, et qu’il doit avancer vite." Trop vite selon Écolo, qui se demande "pourquoi ne pas associer les habitants pour la rénovation d’un lieu aussi symbolique que la Grand-Place alors que la majorité a fait dans sa déclaration politique de la participation citoyenne une priorité?"

Parce que… ça a déjà été fait, répond la majorité, qui replante le contexte: la rénovation urbaine du centre de Braine-le-Comte, c’est un dossier qui remonte à 2010, quand le schéma directeur a été approuvé par le conseil communal. Le périmètre a été reconnu en 2011 par Paul Furlan, alors ministre wallon des pouvoirs locaux. "La population a été impliquée dans l’entame de la procédure", a rappelé l’échevin à l’urbanisme Léandre Huart, un bureau d’étude spécialisé en participation citoyenne ayant mené plusieurs actions envers les citoyens: questionnaires, visites de quartier, marches exploratoires, entretiens avec des personnes-ressources dans différents domaines…

Dans la foulée, une commission Rénovation urbaine, composée de citoyens du périmètre, de représentants du conseil communal, des membres du collège et des employés communaux et régionaux a été mise sur pied et a élaboré des priorités en fonction de données objectives et subjectives. "10 fiches-projets ont été élaborées et la fiche n°1 était la Grand-Place."

Au frigo pendant 8 ans

Un auteur de projet a ensuite été désigné en 2013. Léandre Huart insiste: "l’auteur de projet a été désigné sur base d’une esquisse qui respectait le programme établi en concertation avec la population dans le dossier de rénovation." Mais pour des raisons budgétaires, le projet a été mis au frigo. La majorité a décidé de le ressortir en 2021, jugeant que le moment était cette fois "opportun" pour un projet devant rendre l’espace public plus convivial.

"L’an dernier, le Covid a ralenti les procédures, mais l’administration a poursuivi le travail entamé en 2013. Le Covid et les restrictions sanitaires que l’on a connues ont permis de s’apercevoir que la création d’une agora ou il fait bon vivre et des terrasses pour les différents établissements de la Grand-Place étaient une nécessité et participeront à la relance économique de notre centre-ville."

Et la concertation citoyenne n’est pas terminée: "prochainement des rencontres seront organisées avec des riverains et les utilisateurs de la Grand-Place. De plus, dans le cadre du permis d’urbanisme, une enquête publique sera organisée", termine l’échevin. Mais la polémique n’est pas éteinte, Ensemble estimant toujours que le groupe de travail Rénovation Urbaine n’a pas été assez impliqué dans le projet, dont les grandes lignes sont figées depuis 2013. Ce à quoi on réplique côté majorité: faut-il gaspiller l’argent des contribuables à reprendre ce projet bien avancé à zéro?