Un Hornutois confie boire de l’alcool depuis l’âge de 12 ans : “Je consomme 10 à 20 bières chaque jour”

Les assuétudes de Nicolas (prénom d’emprunt) le poussent à commettre des actes de violence purement gratuits. Il risque aujourd’hui de se retrouver derrière les barreaux durant deux ans.

Margaux Piron
Logan occupait ses journées à descendre des dizaines de canettes d'alcool et à adopter un comportement ô combien violent envers ses proches.
illustration ©Shutterstock

Peiné et livré à lui-même depuis le décès de son père, Nicolas (prénom d’emprunt) passe ses journées dans les rues de Hornu et de Saint-Ghislain. À force, le jeune homme de 23 ans est malheureusement tombé dans des addictions et sur de mauvaises fréquentations.

Nicolas a pris goût à l’alcool seulement à l’âge de 12 ans. Aujourd’hui, son assuétude intensifie son tempérament déjà violent. “Je consomme encore beaucoup de bières”, a confié le prévenu. “Entre 10 à 20 Gordon par jour. Avant c’était pire, je mélangeais la bière et quatre bouteilles de vin”. Ancien consommateur de drogues dures, il a indiqué se limiter à ce jour au cannabis.

Le jeune homme a également confié prendre des médicaments dans le but de trouver le sommeil. “Cela m’empêche de boire”. Mais loin d’être une bonne solution…

Face à ce comportement, le prévenu a multiplié les infractions et sera l’auteur de plusieurs scènes de coups dont l’une avec un couteau. Le 22 février 2021, il a notamment jeté deux bouteilles de Jack Daniel’s sur le crâne d’une victime avant de dérober son téléphone et prendre la fuite. Cet acte n’a pas été sans conséquences puisqu’elle a subi une entaille de 10 centimètres. Selon les experts, le prévenu souffre d’angoisses et possède une personnalité borderline. Malgré les multiples éléments du dossier, il ne se souvient absolument pas des faits…

Nicolas a aussi indiqué qu’il souffrait d’un TDI (un trouble dissociatif de l’identité) qui se manifeste par la présence de deux ou plusieurs identités. Toutefois, aucun expert n’a mis ce trouble en exergue. L’homme de 23 ans risque une peine ferme de deux ans de prison. Le jugement sera prononcé le 20 février.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...