Un chauffard condamné à une peine de 5 ans assortie d’un sursis probatoire pour homicide involontaire

De retour après une journée fortement alcoolisée, Paul (prénom d’emprunt) avait percuté mortellement un cycliste de 23 ans. Habitué de la justice pour ses excès de vitesse, le jeune homme avait évoqué un trou noir

Margaux Piron
 Image d’illustration.
Image d’illustration. ©EdA

Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Mons a prononcé une peine de 5 ans assortie d’un sursis probatoire de 3 ans à l’égard de Paul (prénom d’emprunt). Dans les conditions, le prévenu se voit l’interdiction de conduire un véhicule en Belgique ou à l’étranger. Il est également déchu du droit de conduire en Belgique.

Sa compagne quant à elle bénéficie d’une amende de 8 000 avec sursis.

Le 15 juillet 2022, Paul avait passé toute la journée et une partie de la soirée au sein d’une piscine privée en compagnie d’amis et de sa compagne. Sur place, l’alcool coulait à flots. Le jeune homme fortement sous influence titubait et est allé à plusieurs reprises se reposer à bord d’une voiture pour reprendre ses esprits.

Après une bonne heure, Paul avait manifesté à sa compagne son souhait de rentrer chez lui. Mais celle-ci n’était pas du même avis et voulait continuer à profiter de la fête. Une attitude qu’elle risque de regretter toute sa vie. La jeune femme avait effectivement tendu les clés de voiture à son compagnon alors qu’il était sous déchéance du droit de conduire.

Sur le chemin du retour, Paul avait une nouvelle fois débuté ses actes irresponsables et immatures en brûlant plusieurs feux rouges et en roulant d’une manière extrêmement dangereuse. C’est alors que le drame s’est produit. Arrivé à un carrefour à hauteur de Boussu, il a été obligé d’effectuer une manœuvre pour éviter une voiture et avait percuté violemment un cycliste. La victime âgée de 23 ans avait succombé à ses blessures sur son lit d’hôpital et avait laissé derrière lui une famille endeuillée. Le jour de l’accident, Grégoire (prénom d’emprunt) se rendait à la friterie afin de récupérer sa commande avant d’être propulsé par ce chauffard alcoolisé.

Lors du drame, après avoir consommé de la Vodka tout au long de la journée, il roulait à une vitesse de 140 km/h dans une zone 30. Quelques mois auparavant, le chauffard avait déjà été condamné pour conduite en état d’ivresse. Il avait par ailleurs été flashé à trois reprises avec des excès de vitesse conséquents entre début juillet et début septembre 2021

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...