Opération “un café avec votre agent de quartier” : une première rencontre à Boussu pour lancer 2023

Ces rencontres rencontrent généralement un vif succès

Emeline Berlier
L'opération Cafépol lancée par la zone de police boraine rencontre généralement un beau succès.
L'opération Cafépol lancée par la zone de police boraine rencontre généralement un beau succès. ©Zone de police boraine

Une rencontre conviviale et informelle pour permettre aux citoyens de rencontrer leur agent de quartier autour d’une tasse de café, c’est l’objectif poursuivi par l’opération “un café avec votre agent de quartier”, aussi appelée “CaféPol. ” Lancée en 2018, cette dernière avait trouvé son public avant que la crise sanitaire ne contraigne la zone de police boraine à suspendre ces rendez-vous et à ranger ses thermos jusqu’en avril dernier.

Les premières rencontres de 2023 seront proposées à Boussu, aux habitants des quartiers Santinelle et Robermont, le 19 janvier prochain. “La rencontre entre les citoyens des deux quartiers invités se déroulera au home Guérin (rue François Dorzée, 2) dans la salle des repas”, précise-t-on du côté de l’administration communale de Boussu. “Elle aura lieu devant une tasse de café, de 17 h 45 à 20 h 00 heures, dans un climat d’échanges consensuels et décontractés.”

Afin d’inviter le plus grand nombre à rejoindre les lieux, l’administration déposera un flyer dans les boîtes aux lettres des habitants concernés afin de leur communiquer quelques modalités pratiques. Discuter du quotidien, exposer des doléances, réfléchir à des pistes de solution face à une problématique,… Les raisons de souhaiter rencontrer son agent de quartier sont nombreuses.

“Ces rencontres sont aussi un lieu propice à la présentation de nos nombreux projets de prévention : respect du cadre de vie en lien avec le Règlement Général de Police, cambriolages pendant les vacances, Senior Focus et j’en passe”, expliquait dans nos colonnes Ziham Zannoun, responsable de la communication de la zone il y a peu. D’autant que des personnes ou organismes extérieurs qui œuvrent pour le bien-être et le bien-vivre ensemble peuvent y être conviés.

”L’expérience nous a montré que les thèmes abordés étaient variés, mais pour la plupart tournaient toujours autour d’une même “problématique” : le vivre-ensemble”, poursuit la porte-parole qui évoque notamment des problèmes de voisinage, un sentiment d’insécurité ou des nuisances occasionnées par des bandes de jeunes. “Et la philosophie de ces réunions est la suivante : toutes les situations doivent être entendues, mais pas forcément résolues sur le moment même. Les situations qui ne peuvent l’être immédiatement doivent autant que possible l’être dans les jours ou semaines qui suivent et un feedback doit être fait aux citoyens.”

L’opération est généralement un succès, plusieurs dizaines de citoyens saisissant leur chance de discuter avec les agents sans avoir à franchir la porte de commissariat. Boussu ne devrait être qu’une première date. D’autres rencontres seront annoncées prochainement.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...