Avec l’ouverture du centre de vaccination de Boussu, ceux de Dour et Colfontaine ne devraient pas rouvrir

Le centre de vaccination de Boussu ouvrira ses portes le 12 septembre.

F.D.
Avec l’ouverture du centre de vaccination de Boussu, ceux de Dour et Colfontaine ne devraient pas rouvrir

Comme annoncé précédemment, un centre de vaccination va ouvrir ses portes à Boussu le 12 septembre prochain. Les habitants de Colfontaine et Dour étaient donc en droit de se demander si leur centre de vaccination allait rouvrir ses portes ou pas. Ce ne sera finalement pas le cas. Seul un centre est nécessaire dans la région. Les médecins généralistes peuvent quant à eux toujours procéder à la vaccination.

Bien que la situation ne soit pas alarmante pour le moment, la rentrée scolaire risque de faire remonter quelque peu les chiffres de contaminations dans la région. Pour éviter un regain de la crise, un nouveau centre de vaccination va ouvrir ses portes le 12 septembre prochain pour injecter une dose de rappel du vaccin Pfizer. "Ce sera pour moi la quatrième implantation puisque nous nous étions déjà installés à Colfontaine, Dour et que nous avions le centre de vaccination mobile en bus", indique le docteur Hubert Pépin. "Cette nouvelle structure se situera à la rue Neuve, au numéro 87. Le centre ouvrira six jours sur sept de 9 à 17h à étendre en fonction des demandes."

Le centre de vaccination de Boussu fera donc office de seul centre dans la région puisqu’aucune réouverture n’est prévue ailleurs. "Nous mettons à chaque fois en place un seul centre. Il n’y a donc pas de réouverture prévue ni à Dour, ni à Colfontaine. Il n’y a quasiment plus de centre dans la région, nous devrions donc drainer un bassin de population beaucoup plus important", poursuit le docteur Hubert Pépin. "Un centre à quatre lignes, donc mineur, prendra place à Boussu. Nous avons ouvert 650 places par jour mais nous ne nous attendons pas à grand-chose en termes d’affluence."

Bien que la lassitude se fasse ressentir par beaucoup, le docteur Hubert Pépin insiste sur les bienfaits de la vaccination. "Avec la rentrée, le nombre de contaminations devrait augmenter. Nous pourrons nous faire une idée à la fin septembre, mi-octobre", confie-t-il. "Malgré la lassitude de beaucoup, il faut insister pour dire qu’il reste un bénéfice clair à se faire vacciner même s’il n’empêche pas d’être contaminé. Les chiffres des dernières études sont bien clairs, les personnes vaccinées ont moins de chances d’être hospitalisées. La nécessité du rappel est vraie aussi. Les citoyens vaccinés deux fois seulement peuvent considérer maintenant qu’ils n’ont jamais été vaccinés. Les boosters sont donc nécessaires comme pour tous les vaccins."