Des statuettes volées en 1914 dans l’église de Boussu retrouvées au musée M de Louvain

La police a saisi douze statuettes prêtées au musée M de Louvain, indique lundi le journal De Standaard. Elles avaient été dérobées dans une église de Boussu.

Des statuettes volées en 1914 dans l’église de Boussu retrouvées au musée M de Louvain

Il s’agit de douze statuettes en bois sculpté datant de la fin du Moyen Âge. Elles étaient présentées dans le cadre de l’exposition ‘Borman and Sons’, ouverte depuis fin septembre au musée M de Louvain (Brabant flamand).

Une plainte a été déposée par la fabrique d’église de Boussu-lez-Mons, commune située à l’ouest de Mons. À l’origine, les statuettes ornaient un retable de l’église Saint-Géry. Elles ont été sculptées par un certain Pasquier Borman vers 1520. Ces objets d’art ont cependant été volés et endommagés, si bien que quasi tous les duos ont été séparés en deux. Finalement, les statuettes ont pu être retrouvées, avant d’être restaurées. Lors d’une expertise menée il y a dix ans, leur valeur a été estimée à 135.000 euros.

«Le vol remonte à 1914», explique Roger Noël, responsable de la fabrique d’église. De temps en temps, les œuvres ont refait surface sur le marché de l’art. Elles sont, à présent, la propriété de la Fondation Museum Boijmans Van Beuningen. «Nous avons bien tenté de les récupérer à plusieurs reprises, mais en vain».

Sjarel Ex, directeur du musée Boijmans Van Beuningen, a déclaré, de son côté, qu’il était prêt à transférer les œuvres sous certaines conditions.

«Nous avons été surpris par la plainte qui nous visait. Le Musée Boijmans Van Beuningen et la fabrique d’église de Boussu discutent de ces objets d’art depuis des années», déclare la présidente du Musée M et échevine de la Culture et du Tourisme à Louvain, Denise Vandevoort. Peter Carpreau, du département des arts anciens, complète: «Nous avons respecté les règles internationales en matière de prêt, comme nous l’avons toujours fait. Et c’est la première fois que nous devons faire face à une telle situation».

Une fois l’événement «Borman and Sons» terminé, les statuettes devraient être envoyées à l’Institut royal du patrimoine artistique (IRPA), pour y être restaurées en vue d’être à nouveau greffées au retable d’origine.

Malgré la saisie signifiée, les statuettes seront toujours visibles jusqu’à la fin de l’exposition ‘Borman and Sons’ le 26 janvier 2020.