Les sociétés folkloriques binchoises sont impatientes de marteler à nouveau le pavé

Ce sera le cas le 8 janvier pour les répétitions de batterie.

Thomas Donfut
Ce dimanche 8 janvier, les tambours vont officiellement faire leur retour dans les rues de Binche.
Ce dimanche 8 janvier, les tambours vont officiellement faire leur retour dans les rues de Binche. ©AVPRESS

Après deux ans de disette folklorique, les festivités vont bel et bien recommencer à Binche le 8 janvier prochain avec les premières répétitions de batterie, première sortie officielle des Réguénaires, des Paysans, des Incas, des Récalcitrants, des Marins, des Supporters et des Incorruptibles. “On est tous impatients de pouvoir sortir à nouveau”, nous a confié Jocelyn Fleurus, président des Incas. “quand on est gille, il y a une forme d’appartenance à une communauté que l’on ne peut pas expliquer. Pas seulement au sein d’une même société mais dans toute la région. Et là, on a été privé de notre folklore durant deux longues années.

Mais ça y est, enfin, les futurs gilles, Paysans et autres Marins Binchois vont enfin pouvoir se retrouver autour d’un air de tambour. “La répétition de batterie, c’est un moment de retrouvaille entre nous. On commence les festivités dans notre local et puis on effectue une petite sortie qui pourrait s’attarder cette année au vu de l’enthousiasme que j’ai pu constater parmi les membres des Incas. Pour une fois, il ne faudra pas attendre très longtemps lors de chaque rappel à mon avis…

Battre le pavé

Le sentiment est semblable du côté des Récalcitrants qui eux aussi, seront parmi les premiers à sortir dimanche prochain. “Tout le monde est impatient de pouvoir à nouveau fouler le pavé”, confirme Fred Ansion, président des Récalcitrants. “On a ressenti déjà un fameux enthousiasme lors de notre audition de batterie du 18 décembre. L’envie était très forte de sortir mais on ne pouvait pas encore le faire. ce qui va vraiment être très chouette, c’est de croiser les autres sociétés.

Au niveau effectif, la crise ne semble pas (encore) avoir laissé de trace. “Il y a bien quelques gilles qui ne reprendront pas du service cette année mais c’est principalement pour des problèmes de santé, pas forcément d’argent”, précise Jocelyn Fleurus.

D’après les derniers décomptes, on sera même plus nombreux que lors de la dernière édition”, rassure Fred Ansion.

Ce qui est certain c’est que le 8 janvier prochain, la fête sera belle dans les rues binchoises.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...