Le CPAS de Binche va investir l’ancienne maison communale de Leval pour en faire un centre communautaire

Afin de mener ses différentes missions à bien, le CPAS de Binche cherche toujours de nouveaux projets et dans ce cadre, celui de Leval et de l’espace communautaire.

Thomas Donfut
Le CPAS de Binche va investir l’ancienne maison communale de Leval pour en faire un centre communautaire

D’ici quelques mois, le CPAS binchois va investir le rez-de-chaussée de l’ancienne maison communale de Leval pour y lancer un nouveau centre communautaire destiné à resserrer les liens au sein de la population. "Toute une série d’activités comme des ateliers cuisine, des conférences, des ateliers d’estime de soi ou concernant la monoparentalité pourraient y être organisés dans la plus grande convivialité", nous a confié Jean-Luc Fayt, président du CPAS. "Ce nouvel espace communautaire s’adressera à toute la population, pas seulement aux bénéficiaires du CPAS. On va certainement cibler les aînés pour tenter d’endiguer les phénomènes d’isolement social."

Pour ce projet, le CPAS bénéficie d’un subside de 100.000 euros. " Un éducateur à temps plein ainsi qu’une assistante sociale à mi-temps vont être engagés pour gérer ce projet.

La bibliothèque ainsi que la conciergerie seront donc investies par le CPAS. "On va cela dit garder un point lecture pour les habitués de la bibliothèque qui n’étaient plus très nombreux."

Si ce projet levallois est nouveau, d’autres visant les mêmes objectifs tournent déjà à plein régime à travers l’entité.

Ainsi, à Ressaix, l’ancienne maison communale sert de local de formation pour le Centre d’Insertion Socio-Professionnelle. "Y sont organisés des cours pour devenir technicienne de surface ainsi que des cours de remédiation en français, math et informatique dans le but de remettre les personnes qui en ont besoin au travail."

Le CPAS binchois a également adhéré au projet MIRIAM pour encadrer les familles monoparentales dans leur gestion du quotidien. "Ça fonctionne très bien et à l’heure actuelle, une quinzaine de familles binchoises participent aux différents ateliers mis en place. Dans ce cadre, on tombe parfois sur des situations dramatiques avec des gens qui sont vraiment dans la difficulté."

Le projet LUPIN, qui vise à repérer plus facilement les enfants qui sont défavorisés, figure également en bonne place parmi les préoccupations du CPAS de Binche. "L’idée est de collaborer avec les écoles, les centre PMS et, sans aller à l’encontre des règles déontologiques, les médecins afin qu’ils servent de sonneurs d’alerte en cas de constatations de situations précaires."