Une expertise complémentaire demandée pour l'ancienne église des Récollets

Elle doit permettre à la ministre de prendre une décision quant à la demande de démolition formulée par la Ville de Binche.

U.P.
Une expertise complémentaire demandée pour l'ancienne église des Récollets

Démolira-t-on complètement, partiellement, ou complètement l'ancienne église des Récollets? Plus de deux semaines après l'incendie qui a ravagé la charpente de l'édifice, la question reste entière. Sur base de différents éléments d'un rapport d'expertise, la Ville de Binche avait pris un arrêté de démolition complet du bâtiment, dont la stabilité est compromise à court ou moyen terme. Une décision discutée entre ceux qui souhaitent préserver un patrimoine classé et ceux qui pensent que la sécurité doit primer.

Comme il s'agit d'un monument classé, conformément à l’article 26 du Code du patrimoine, "la décision de la Ville ne deviendra exécutoire qu’après 14 jours à dater de sa notification si le Gouvernement ne l’a pas suspendue pendant ce délai", rappelle la ministre du Patrimoine Valérie De Bue (MR), interrogée lundi dernier par le député wallon François Desquesnes (Les Engagés) à ce sujet. Ce dernier lui demandait si elle pouvait envisager l'option d'une conservation patrimoniale, moyennant un soutien éventuel de la Région wallonne?

"À l’heure actuelle, plusieurs scénarios sont encore sur la table", indique la ministre qui, "avant de s'exprimer en faveur de l’une ou l’autre option, veut prendre le temps d’examiner sereinement l’ensemble des documents transmis. J’ai souhaité qu’une expertise complémentaire puisse se réaliser en urgence afin d’évaluer les différentes alternatives, au regard à la fois de la sécurité publique et de la pérennisation de notre patrimoine." Cette expertise est réalisée dans le cadre d'un marché passé par ses services.

Concernant la question du coût et de la prise en charge, elle viendra "en temps voulu. Ma priorité dans l’immédiat est d’éclairer au mieux la décision que je vais devoir prendre." Une décision qui devra tomber rapidement: c'est le 17 juin que la Ville de Binche a notifié à la ministre sa décision de démolir l'édifice. Elle a donc jusque ce vendredi 1er juin pour adopter une position.

Quand au député Desquesnes, il encourage la ministre "à aller au fond du débat afin de faire en sorte que l’intérêt patrimonial wallon soit préservé au mieux. Chaque démolition d’un témoin de notre histoire est une perte irrémédiable pour notre patrimoine mais aussi pour l’attractivité touristique d’une ville comme Binche."