Annie anime le Pavé Picard

Chaque année, la troupe «El Pavé Picard Binchou» monte une pièce théâtrale patoisante. La prochaine création, «Un vrai bonheur», adaptation d’une pièce de Didier Caron, sera interprétée en novembre prochain.

Julien RUCHELET
Annie anime le Pavé Picard
34 FIGURE LOCALE ©ÉdA

Entre deux répétitions, nous avons rencontré Annie Houx, présidente de la Compagnie.

Depuis toujours, Annie Houx a la passion du théâtre dialectal. Un peu par hasard, il y a vingt ans, elle rentre dans une troupe. Histoire d'accompagner son mari. Ensemble, en 1991, ils fondent la compagnie «El Pavé Picard Binchou». Aujourd'hui, elle en est la présidente. Soixante-cinq personnes, comédiens, costumiers et techniciens, tous bénévoles, animent le groupe. «Notre objectif est de créer un spectacle annuel. Mais depuis quelques années, nous montons un spectacle gratuit lors des fêtes de septembre à Binche. Cela permet à des personnes en difficultés financières d'avoir accès à la culture» argumente Annie Houx. «El Pavé Picard Binchou» a remporté de mémorables succès, surtout grâce à des comédies. «Notamment la trilogie des Adèles et El Trabadja. Mon mari et moi parlions patois picard avec un accent arabe. C'était fantastique». La troupe s'est spécialisée dans l'adaptation, en picard de Binche, de pièces du répertoire classique et moderne. «Nous ne tenions absolument pas à parler du carnaval et du gille dans nos créations. Par exemple, nous avons créé Les Belles Sœurs d'un auteur canadien. Quinze femmes se chamaillent sur scène. Cela a provoqué d'énormes fous rires. Ou encore Le Libertin d'Éric-Emmanuel Schmitt». Parfois, des auteurs écrivent en patois spécialement pour la troupe. Annie Houx est une ancienne institutrice de l'enseignement primaire. Il lui est même arrivé d'utiliser le picard pour apprendre l'orthographe à ses élèves.