Les forains inquiets à La Louvière : "la crise énergétique pourrait nous causer beaucoup de tort"

La foire d’automne est de retour dès ce 5 novembre à La Louvière mais l’inquiétude règne parmi les forains qui sont confrontés comme tout le monde à la crise énergétique et à la baisse du pouvoir d’achat.

Thomas Donfut
LIEGE. PORTRAIT DE ANTHONY MASTROVALERIO QUI TIENT UNE ATTRACTION DE PECHE AUX CANARDS SUR LES FOIRES DONT CELLE DE LIEGE. PHOTO Michel Tonneau.
Anthony Mastrovalerio reste inquiet de la situation pour lui et ses collègues forains. ©MICHEL TONNEAU

C’est sur la place Maugrétout que stands de pêche au canard, de tir, luna-parks et autres autos-scooters s’installeront dès dimanche prochain à La Louvière. Mais de tels stands consomment beaucoup d’électricité et par les temps qui courent, on pourrait imaginer que les forains hésitent à s’installer. "Heureusement, en règle générale, les tarifs d’installation n’ont pas évolué par rapport aux autres années mais cela pourrait changer", nous a confié Anthony Mastrovalerio, vice-président de l’Union des Industriels Forains Belges. "La plupart des villes et communes n’ont pas encore modifié leurs tarifs mais elles pourraient changer d’avis. Nous restons vigilants par rapport à la situation car sans électricité, on ne sait pas travailler. De plus, il nous est difficile de faire des économies car pour qu’un stand de fête foraine fonctionne, il faut que ça brille, il faut de la lumière et couper les installations lorsqu’il n’y a pas de client n’est pas non plus faisable."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.