Politique "événementielle" de la majorité montoise: Georges-Louis Bouchez réclame des études de rentabilité

Le chef de file de Mons en Mieux estime que si les événements organisés à Mons attirent du monde, ils ne sont pas pour autant porteurs sur les plans socio-économiques.

Emeline Berlier
Georges-Louis Bouchez
Georges-Louis Bouchez (Mons en Mieux) fustige la politique événementielle des groupes PS-Ecolo. ©AVPRESS

À plusieurs reprises, Mons en Mieux a tiré à boulets rouges sur la politique événementielle de la majorité PS-Ecolo, estimant que cette dernière investissait des sommes importantes pour distraire les citoyens sans avoir, sur le fond, de réelle stratégie de redéploiement pour la Cité du Doudou. L’une des dernières annonces en date, concernant l’organisation d’un festival des Lumières pour un montant de six millions d’euros, subsidiés via les Fonds FEDER, avait suscité l’ire de l’opposition.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.