Dour: des mesures énergétiques prises au sein des centres sportifs et bâtiments communaux

L’objectif est de compenser au maximum l’augmentation des prix de l’énergie.

F.D.
Dour: des mesures énergétiques prises au sein des centres sportifs et bâtiments communaux
©FLEMAL JEAN-LUC

Comme de nombreuses autres communes, Dour a opté pour l’extinction de son éclairage public de minuit à 5 h du matin lui permettant de faire des économies d’énergie à hauteur de 90 000 euros assez rapidement. La commune ne compte toutefois pas s’arrêter là en matière d’économie de gaz et d'électricité. Des mesures vont en effet être prises pour les complexes sportifs ainsi que pour les bâtiments communaux.

"Dans le contexte économique actuel, l’ensemble des pouvoirs publics est amené à prendre des décisions pour participer à l’effort collectif de réduction des consommation et limiter autant que possible l’impact de cette crise sans précédent. Pour Dour, l’un des principaux postes de consommation d’électricité est l’éclairage public. Agir sur son fonctionnement permet donc d’enregistrer rapidement des économies tant énergétiques que financières", indique Carlo Di Antonio, bourgmestre de Dour. "Ainsi, l’éclairage public de notre entité sera prochainement éteint de minuit à 5h du matin et ce, jusqu’au 31 mars 2023. La date effective de mise en œuvre de cette décision a donc été fixée au 1er novembre. Cette décision nous permettra de réaliser rapidement des économies substantielles de l’ordre de 90.000 euros."

Que les Dourois se rassurent, les fêtes de fin d’année ne seront pas nécessairement impactées pour autant. "En cas d’événements locaux nécessitant le maintien de l’éclairage public au-delà de minuit, ORES sera sollicitée afin d’intervenir localement pour maintenir l’éclairage public en fonction", poursuit Carlo Di Antonio.

Outre l’éclairage public, d’autres mesures seront prises sur la commune afin de réduire au maximum le montant de la facture énergétique. "Nous sommes en train de régler les chaudières des centres sportifs à 16 degrés. En réglant directement la température sur les chaudières, il ne sera pas possible pour les utilisateurs d’augmenter le chauffage. Nous estimons que lorsque l’on pratique une activité physique, cette température est suffisante", confie Carlo Di Antonio. "Nous mettrons également en place une surveillance bien plus accrue des bâtiments communaux de manière à avoir une température raisonnable lorsque l’ensemble du personnel a quitté les bureaux. Les vannes des couloirs ont également été bloquées en ce sens."

Ces petits gestes quotidiens permettront, à terme, de faire des économies. "Nous espérons faire 10 à 15% d’économie de mazout et de gaz pour compenser en partie l’augmentation des prix. En adoptant de bons réflexes, je pense que cela est tout à fait possible", conclut Carlo Di Antonio.