Année record pour le Summer Festival et ses 30 000 festivaliers: «Nous dédions ce succès à notre papa»

Avec ses deux jours de festival supplémentaires, le Summer Music Festival signe sa meilleure année.

Florian Ducobu
Année record pour le Summer Festival et ses 30 000 festivaliers: «Nous dédions ce succès à notre papa»

Clap de fin pour le Summer Music Festival qui dresse désormais son bilan. Après cinq jours de festival, les organisateurs ne sont pas peu fiers de pouvoir annoncer que cette année fut la meilleure depuis la création de l’événement. Plus de 30 000 personnes se sont rendues sur le nouveau site du festival tout au long des cinq jours. Un beau succès que Richard Vanderhaeghen, organisateur de l’événement, tenait à dédier à son papa.

"Le bilan est plus que positif. Nous avons connu notre meilleure année. C’était vraiment cinq jours de fête, de joie et de bonne humeur. Tous les retours sont positifs", confie-t-il. "Plus de 30 000 personnes se sont rendues sur le site tout au long des cinq jours. La mainstage était toujours full. La scène secondaire accueillant les soirées de plus de 30 ans continue elle aussi de se développer. Beaucoup de nouveautés prenaient place cette année et continueront de voir le jour à l’avenir. Nous souhaitons vraiment dédier ce succès à notre papa qui nous a toujours soutenus lors de la création du Summer Music Festival."

Comme chaque année, quelques améliorations ont été mises en place pour accueillir au mieux les festivaliers. Cette édition 2022 du Summer Music Festival était notamment marquée par un changement de site. Après cette première expérience sur ces nouvelles terres, les organisateurs savent quels points peuvent encore être améliorés pour à nouveau battre des records l’année prochaine.

Place désormais au démontage du site d’environ quatre hectares pour les organisateurs et leurs équipes avant un repos bien mérité. "Le démontage devrait prendre un peu plus d’une semaine. Le site est un espace vert que nous tenons à rendre complètement propre avant de quitter les lieux. Il est important de préserver la biodiversité qui souffre déjà suffisamment ces derniers temps", conclut Richard Vanderhaeghen.