Une unité de biométhanisation en projet dans le zoning d'Hautrage

Rien n'est encore fait, une réunion d'information préalable au public doit être organisée le 20 avril prochain.

E. Brl.
Une unité de biométhanisation en projet dans le zoning d'Hautrage

Valoriser au mieux les déchets pour, in fine, produire du compost, de la chaleur, de l’électricité ou encore du biogaz – aussi appelé gaz vert –, c’est le principe de la biométhanisation. Les avantages du processus, directement inspiré de la digestion naturelle des ruminants, sont nombreux. La méthanisation reste en effet une alternative sérieuse pour la diminution du bilan carbone et est l’une des solutions à l’indépendance d’un pays aux gaz étrangers, notamment russe.

Au sein du zoning industriel d’Hautrage, une unité de biométhanisation pour la production de gaz BioLNG pourrait bien voir le jour. Une réunion d’information préalable au public sera d’ailleurs organisée par le demandeur, AFB BV, le 20 avril prochain à 18h30 au sein de la salle communale du restaurant du Parc, au parc communal de Baudour. Les participants pourront prendre connaissance du projet dans son ensemble.

Un projet qui s’inscrit dans le cadre du plan wallon énergie-climat, dont l’un des objectifs est justement de produire du biogaz. "Le substrat de base, dans ce projet, sera le lisier à hauteur d’environ 80%. Les 20% restants seront constitués d’autres déchets, principalement issus de l’agriculture et de l’agroalimentaire", précise Éric Gosselain, responsable du bureau d’études Profex, chargé de l’étude d’incidences.

"Il n’y a aucune production dédiée à ces déchets, on s’inscrit dans une volonté de récupération de déchets existants afin de les valoriser au lieu de les abandonner ou de les incinérer. Une fois le processus de biométhanisation bouclé, le produit sera liquéfié et remis dans la chaine de transport, principalement les bateaux et les camions. Les voitures sont moins concernées car on sait qu’à l’avenir, elles rouleront principalement à l’électricité ou à l’hydrogène."

Le lisier nécessaire à la biométhanisation sera acheminé à Hautrage par bateau dans sa quasi-totalité – on parle de moins de 30 camions quotidiens sur les routes – et sera stocké dans des bâtiments totalement fermés. "La localisation est idéale car nous sommes dans un zoning, proche de l’autoroute. Il n’y aura par ailleurs aucune nuisance pour les riverains: toutes les odeurs seront filtrées avant d’être relâchées." Dans une volonté de développement d’économie circulaire, une collaboration pourrait être nouée avec l’usine voisine Yara.

Les détails du projet ont déjà été communiqués à quelques riverains, membres depuis de longues années du comité d’accompagnement du zoning. Ils le seront vers le grand public le 20 avril. "Cette réunion d’information préalable au public est la première étape préalable à la réalisation de l’étude d’incidences. Les riverains prendront connaissance des tenants et aboutissants du projet et disposeront ensuite d’une période d’un mois pour émettre leurs remarques, proposer des alternatives et des suggestions qui seront étudiées dans le cadre de l’étude d’incidence."

Une fois cette dernière réalisée, une demande de permis unique pourra être déposée et une enquête publique sera ouverte. Le demandeur espère obtenir une décision (favorable) des fonctionnaires techniques et délégués de la Région wallonne aux alentours du mois de mars. La ville de Saint-Ghislain n'aura quant à elle que le pouvoir d'émettre un avis, favorable ou défavorable.