Mons: les cinémas retrouvent progressivement leur public

À 10 jours du FIFM, Imagix et le Plaza retrouvent une fréquentation encourageante.

Ugo Petropoulos
Mons: les cinémas retrouvent progressivement leur public

Dans 10 jours, le Festival International du Film de Mons programme pour la 37e fois une semaine dédiée à l’amour du cinéma sous toutes ses formes. Pour la première fois depuis plusieurs années, le festival se déroulera dans des conditions presque normales après des années de perturbations causées par le Covid, des remous internes ou des travaux. Cette année, le festival retrouve ses sites habituels que sont Imagix et le Plaza Art fraîchement rénové, avec une jauge d’occupation à 100% malgré les mesures sanitaires. Mais à quelques jours du lancement du festival, le public a-t-il retrouvé le chemin des salles?

"La fréquentation s’améliore, quoique nous avons toujours l’obligation de Covid Safe Ticket dont l’usage bloque certains, explique Jan Staelens, directeur d’Imagix Mons. Mais ce n’est pas toujours délibéré: certains ne sont plus tout à fait en ordre, n’ont pas fait les bonnes manœuvres pour mettre à jour leur certificat…"

Hormis ces mésaventures individuelles, Jan Staelens perçoit une tendance favorable au retour du public. "Chaque semaine s’améliore. Mais nous ne sommes pas encore au niveau d’avant Covid de 2019." Au Plaza Art, même constat: "dans l’ensemble, ça se passe plutôt bien" se réjouit le président Jean-Paul Deplus.

Qui avance deux raisons: une accessibilité plus favorable des salles de cinéma et des films de grande qualité qui se succèdent depuis des semaines: "il y a beaucoup de bons films d’auteur à l’affiche en ce moment, au point que c’est difficile de tous les absorber. Mais ces films ont l’avantage d’être assez accessibles au grand public."

De quoi permettre de réamorcer la pompe pour les vacances et avant le FIFM. Et de franchir un nouveau palier en termes de fréquentation? Actuellement, tant Imagix que le Plaza naviguent à 70% de leur audience référence, 2019 pour Imagix et 2017 pour le Plaza qui sort de quatre ans de travaux.

Jan Staelens se veut prudent: "Cela reste une inconnue, cela dépend beaucoup de la confiance des gens. Mais j’ai l’impression qu’ils veulent sortir avec leurs enfants, se rendre disponibles pour des loisirs… Ils sont à la recherche d’échappatoires." Même constat pour Jean-Paul Deplus, qui a assisté à des cartons encourageants. "Le film de Jan Bucquoy avec Alice on the Roof a fait un 100% d’audience lors de l’avant-première. C’est un film qui n’aurait peut-être pas eu ce succès avant le Covid. Le public a l’air demandeur d’autres choses en termes de spectacle."

Tout bénéfice pour le FIFM, invitation à l’évasion et à la découverte de facettes méconnues du cinéma. "Les préventes se passent bien. Je n’ai aucune crainte. Les gens répondent présents, ils ont assez vu leurs portes d’intérieur", conclut Jan Staelens.