Infrabel conscient du problème mais….

Contacté par nos soins, Infrabel tient à préciser plusieurs choses. On y confirme, dans le jargon, l’Avis de Ralentissement Temporaire (AVT) où la vitesse est réduite à 60 km/h.

J.-M. B.

Mais cette mesure, précise Frédéric Sacré, porte-parole: «Ne concerne que 8km entre Aywaille et Rivage». La raison de cet ART? «Les traverses sont en fin de vie. Attention cependant, ce n'est pas l'illustration d'un manque d'entretien de la ligne. Ces éléments sont en fin de vie». Infrabel est conscient du problème. Mieux, les travaux de remplacement étaient prévus cette année. Mais l'institution a dû faire face à un autre problème: «Une autre urgence est apparue plus ou moins au même endroit. Les parois rocheuses entre Aywaille et Rivage ont été victimes d'infiltrations d'eau beaucoup plus importantes que prévue». Un choix dans le chef d'Infrabel ou plutôt, suivant Frédéric Sacré: «Pas le choix: la véritable urgence se trouve dans les parois rocheuses. Si des rochers tombent, le trafic est purement et simplement interrompu et il n'y a plus de trains». Un budget d'1 500 000€ devrait être affecté au chantier. Un chantier prévu en août, le temps de passer le marché. Ce mois étant statistiquement un qui comporte le moins de voyageurs. Notons que l'ART a poussé la SNCB à aménager ses horaires pour que les correspondances puissent être prises à Liège.