«Les gens avaient le sort du café entre les mains»

Du côté de la Commune, les autorités étaient ouvertes à tous les scénarios concernant le café, mais ces appartements répondent à une demande.

X.C.

«On est toujours resté sur les deux possibilités, explique Yves Besseling, le bourgmestre. En tant que tel, c’était aux habitants de coin qui avaient la main pour le futur de ces lieux. S’il y avait eu un tollé contre les appartements, nous aurions été à l’écoute, mais finalement, il semble que les gens avaient envie de plus de calme. Ce sera le cas avec ces appartements.»