Le conseil de Tellin a Vivalia dans son collimateur

Le conseil refuse d’approuver l’ordre du jour de l’AG de Vivalia. Éolien et traversée de Bure, projets majeurs de la législature, en bonne voie.

Michel LATINE

À sa demande, Bernard Bruwier (VivrEnsemble) rapporte les principales informations glanées lors de la réunion préparatoire à l'assemblée générale de Vivalia. «Le niveau opérationnel est dans la tourmente: démission de la présidente, devant le constat de l'impossibilité de gérer, rejet par la tutelle de la nouvelle gouvernance et "explosion" de l'IFAC.» précise Bernard Bruwier. Et de poursuivre en dénonçant la faiblesse du cadre infirmier (déficit de 93 équivalents temps plein) et une gestion en questionnement (réserves du réviseur d'entreprise). Ces difficultés structurelles sont encore accentuées depuis le début 2020, par la pandémie de la Covid-19: «Vivalia ne résistera pas à une 4e vague, prévue début septembre suite à la conjonction de quatre facteurs: déconfinement trop rapide, variant Delta, retour des voyages à l'étranger et gesticulation footballistique irresponsable prématurée. La survie des hôpitaux pourrait donc se poser.» Enfin, les MR et MRS gérées par Vivalia dégagent un mali de 781 000€ qui, à terme, devra être supporté par les communes dont sont originaires les pensionnaires. Petite embellie néanmoins, seul le home de Chanly est en boni. Bernard Bruwier salue l'ensemble des intervenants (médicaux, logistiques et gestionnaires) de cette structure située sur l'entité de Wellin.