«L’héritage insoupçonné», écritures de femmes

Tel est le titre de cet ouvrage collectif dû à quatre femmes. Elles nous plongent dans des récits de la vie qui se lisent avidement.

René DANLOY
«L’héritage insoupçonné», écritures de femmes
La photo de couverture est de la Libramontoise Nelly Laurent. ©CRDAN

C'est un donc un ouvrage collectif que nous évoquons ici. Dans le prologue de L'héritage insoupçonné, nous découvrons que ce livre n'a d'autre but que de faire s'entrecroiser quatre écritures de femmes autour de moments traversés par les épreuves et les rituels de passage entre ombre et lumière. Caroline Tapernoux et Annie Bergot en sont à leur premier texte. La Libramontoise Nelly Laurent – à qui l'on doit par ailleurs la photo de couverture – a quant à elle déjà signé plusieurs ouvrages. Et l'éditrice tellinoise, Annemarie Trekker n'est pas en reste. Nous avons d'ailleurs eu l'occasion de présenter dans nos colonnes leurs livres. D'un côté, l'audace de la première fois. Et, d'autre part, l'expérience de l'écriture. Voilà deux courants qui ne pouvaient aboutir qu'à une rencontre enrichissante et tout autant créative. Dans ce livre, c'est tout simplement la vie qui défile au travers de quatre récits: le désir d'enfanter, la naissance d'une première petite-fille, l'annonce d'un cancer, la mort d'une marraine initiatrice.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.