Olivier Dulon voulait changer les choses

Candidat pour devenir président à l'AIF, Olivier Dulon n'é pas été élu samedi. Les votants ont préféré Philippe Achten, le président du CP Liège;

L.M
Olivier Dulon voulait changer les choses
Olivier Dulon ne prendra pas le relais d’Albert Daffe. Il relativise. ©EDA Claudy Petit

Le président du conseil communal de Tellin, arbitre de volley et responsable technique au CP Luxembourg ne sera donc pas le successeur d'Albert Daffe. «Moi, je n'étais que l'outsider, raconte Olivier Dulon.Donc, je ne suis pas trop déçu du résultat. Des gens m'ont félicité pour avoir eu le courage de me présenter. Au moins, je me suis fait connaître et cela pourra me servir dans le futur. Et puis, j'ai pu secouer le cocotier.»Ancien cycliste professionnel, et ancien responsable dans le monde de la petite reine, Olivier Dulon est actif au sein du CP depuis trois ans. «Pourquoi m'être présenté à l'AIF? En fait, j'ai pu participer à différentes assemblées générales et j'ai vu l'amateurisme total dans lequel se trouvait la fédération,lance l'intéressé.J'ai une vision moderne et j'avais envie de faire bouger les choses. De donner un nouveau souffle en quelque sorte. Franchement, à la fédération, c'est vieillot, très amateur et très mal géré. Cela n'aurait pas fait trop boulot? Si j'avais été élu, je me serais retiré de mes activités au comité provincial. Afin d'être le plus neutre possible.»Papa d'Esteban et de Noa, actifs à Marche et à Forrières, Olivier Dulon a donc vu Philippe Achten avoir la faveur des urnes. Les différents votants, issus des différents comités provinciaux, ont donc préféré travailler dans la continuité.«J'aime bien Philippe, mais il a plus de soixante ans, remarque Olivier Dulon.Je ne suis pas certain que c'est lui qui va faire changer les choses. Mais bon, il était favori étant donné qu'il est président du CP Liège depuis plusieurs années.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.