L'eau quand même moins chère

Hormis la désignation du directeur des écoles communales (à huis clos) les points à l'ordre du jour relèvent de la gestion quotidienne.

Michel LATINE

Après une minute de silence en la mémoire de l'ouvrier communal Bernard Marchal, disparu tragiquement la semaine dernière, tous les points à l'ordre du jour ont été acquis à l'unanimité. À noter que c'est le premier échevin Jean-Pierre Magnette qui a présidé la séance, le bourgmestre Guy Jeanjot étant hospitalisé (pour une intervention programmée). Le point qui a retenu toute l'attention des conseillers est certainement le coût-vérité de l'eau. La distribution de l'eau potable étant toujours gérée en régie communale, les conseillers ont relevé que, malgré les coûts élevés de la gestion, les prix demeurent toujours sous ceux pratiqués par le SPGE (une dizaine de pourcents). « Le coût-vérité de distribution est établi à 1,95 ? (contre 2,10 à la SPGE). Une fois ajoutés les coûts d'assainissement, le fonds social et la TVA, le prix unitaire au m3 s'établit donc à 0,98 ? pour les 30 premiers m3³, 3,26 ? entre 30 et 5 000 m3³. Au-delà de cette consommation, le prix fixé est de 3,06 ?, explique Jean-Pierre Magnette. Le prix de l'eau est donc adopté.

S'en suit une discussion sur le prix élevé de l'eau, de l'intervention du fonds social de l'eau (totalement utilisé à Tellin) ainsi que le paradoxe que plus les Tellinois économisent l'eau (ce qui est le cas depuis plusieurs années), plus le prix de l'eau à Tellin grimpe. « La commune est trop petite. Impossible d'amortir les frais sur un grand nombre de citoyen s », explique Annick Lamotte, la secrétaire communale.

Les autres points n'ont guère suscité les échanges : simplification du tarif de location du hall omnisports (10 euros l'heure ; la moitié pour les clubs et association l'utilisant plus de dix heures hebdomadaires), les travaux des voiries suite aux dégâts de l'hiver revu à la hausse (115 027 ?, soit une augmentation de 35 0712 ?), la location d'un module scolaire à la commune de Wellin (300 ?/mois, en sus des frais de démontage et transports).

Deux places supplémentaires de parking, à la rue Saint-Urbain sont envisagées sur le côté opposé au parking communal actuel. Les conseillers adoptent cette proposition. Mais une discussion, sur l'opportunité de créer une place permanente pour personnes à mobilité réduite, proche d'une entrée de la maison communale, s'engage. Cette question va être analysée par le collège.