Néophyte, Marine Moulin tourne déjà à plein régime

L’athlète de l’ACBBS pratique le triathlon depuis 2021. Notamment 4e espoire Belge en 2022, elle enchaîne les exploits comme les effortsensprint.

Benoît GUEUNING
 Marine Moulin rayonne sur tous les terrains. En cross triathlon, elle est championne francophone espoires.
Marine Moulin rayonne sur tous les terrains. En cross triathlon, elle est championne francophone espoires. ©ÉdA

A peine rentrée d’un Erasmus de 5 mois au Canada, Marine Moulin a d’emblée ouvert son compteur succès en 2023, à la corrida de Gedinne sur 5 km. "J’ai enchaîné avec les championnats francophones de cross long. Sans objectif, c’était mon premier cross depuis mon retour, et la course était plus longue que d’habitude, 8 km, il y a eu 2 km de trop", avance celle qui a fini 9e francophone sur 20 à Hannut. Elle faisait par ailleurs ses débuts en seniores, un an après s’être parée d’argent en U23, derrière Juliette Thomas. Mais si elle brille en course à pied, l’athlète de l’ACBBS, qui vit à Laforêt (Vresse-sur-Semois) et a fait ses secondaires à Carlsbourg avant de filer à Louvain-la-Neuve, régale aussi désormais en triathlon, et sur tous les terrains. Et comment ! Néophyte, avant de traverser l’Atlantique alors que la saison battait son plein, elle a eu le temps de collectionner les résultats, sur sprint toujours (750 m natation, 20 km vélo, 5 km à pied): victoire à Namur, 2e à Boiron et première espoire, 22e Belge et 4e espoire au national à Libramont, vice-championne francophone de cross duathlon et 2e au scratch à Charleroi,…

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...