L’inclusion par le ping à Attert

Huit pensionnaires du Centre Lorrain évoluent chaque semaine en championnat avec le CTT Attert.

V. G.
 Trois des huit pensionnaires du Centre Lorrain affiliés au CTT Attert (ici en compagnie de Maxime Poncelet, à g.) qui évoluent en Interclubs tous les samedis.
Trois des huit pensionnaires du Centre Lorrain affiliés au CTT Attert (ici en compagnie de Maxime Poncelet, à g.) qui évoluent en Interclubs tous les samedis.

Depuis quelques années déjà, le tennis de table est recommandé comme méthode pour lutter contre la maladie d’Alzheimer et aider au traitement de la démence. Au-delà de ces bienfaits thérapeutiques, le ping peut aussi un moyen d’inclusion. Le TT Freylange avait été un précurseur en la matière dans notre province. Désormais, c’est le CTT Attert qui a pris le relais. "Huit pensionnaires du Centre Lorrain (NDLR: accueil et hébergement de personnes handicapées adultes légères à modérées) évoluaient au sein du club de Freylange et un des joueurs a émis le souhait de nous rejoindre à l’intersaison, explique Jean-Marc Poncelet, responsable interclubs pour le club d’Attert. Cette démarche nous a interpellés et nous nous sommes mis en contact avec les dirigeants de Freylange. Il en est ressorti qu’il n’y avait plus d’encadrement adapté là-bas pour les pensionnaires du Centre. Et que leur accueil était dès lors compromis. Nous avons consulté notre quarantaine de membres avant de leur proposer d’accueillir tout ce petit monde chez nous. Les retours ont été unanimement positifs. Les huit pensionnaires nous ont rejoints et quelques autres joueurs freylangeois ont suivi le mouvement."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...